Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

SOMMET DE LA CEDEAO DU 4 JUIN: 3 pays bloquent la levée des sanctions contre le Mali

Les dirigeants de l’Organisation ouest-africaine, réunis à Accra  au Ghana pour plancher sur les crises que traversent le Burkina, la Guinée et le Mali ont reporté au 3 juillet prochain la décision sur les sanctions à l’encontre de ces régimes putschistes. Le blocage de 3 pays fait que le Mali doit attendre encore un mois pour se voir libéré des sanctions. Il s’agit du Ghana, Niger et Nigéria.

Pourtant, les nouvelles semblaient plutôt rassurantes jusqu’à dans la soirée où un véritable désespoir fut servi aux populations qui ne cessaient de scruter la moindre publication sur les réseaux sociaux concernant le sommet de la CEDEAO. Jamais, un sommet n’avait retenu l’attention des Maliens dans leur ensemble au regard de la déception qui se lisait dans les écrits de parts et d’autres.

Les dirigeants ouest-africains réunis à Accra ont reporté le samedi 5 juin à un nouveau sommet prévu pour le 3 juillet, la décision sur les sanctions à l’encontre des régimes putschistes du Mali, du Burkina Faso et de La  Guinée, faute d’accord, selon des sources proches de la rencontre.

‘’Les décisions de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sont reportées à un sommet ici à Accra le 3 juillet’’, a dit un responsable de la Présidence ghanéenne sous le couvert de l’anonymat. Un participant au sommet a expliqué également sous l’anonymat, que les chefs d’État n’avaient pas réussi à s’entendre surtout sur le Mali.

Pour le président de la Commission nationale des droits de l’Homme (CNDH), M. Aguibou Bouaré, le motif apparent du désaccord est une question superficielle de délai (différence de nombre de mois). ‘’Le motif sérieux et réel est probablement une question de confiance à la sincérité et à la bonne foi au regard de l’issue des accords précédents’’, dit-il avant d’ajouter que chat échaudé craint l’eau froide. Il a enfin déploré la souffrance des populations dont les droits économiques, sociaux et culturels sont entamés et qu’il faudra alléger.

Cette rupture de confiance entre la CEDEAO et les autorités maliennes a commencé depuis la deuxième phase de la transition que certains appellent la “rectification’’. Les promesses de respect du délai  fixé au 27 février dernier n’ont pas été tenues et des discours ont suivi contre l’organisation. Des faits de nature à créer un climat de méfiance qui auraient, selon plusieurs observateurs, joué dans la prise de décision sur la levée des sanctions contre le Mali.

Toutefois, l’information selon laquelle la CEDEAO aurait exigé un Premier ministre neutre et un Gouvernement de mission au Mali est totalement fausse, à la limite une manipulation de plus. Le débat n’est même pas arrivé là. Cela n’a été dit ni dans les négociations ni lors de la Conférence.

Plusieurs sources présentes à cette rencontre indiquent que la CEDEAO n’a exigé qu’une durée et un chronogramme acceptables et raisonnables de la transition dont la durée est jusque-là en discussion sur 16 et 18 mois. Mais l’autre point, c’est le début de cette prolongation. Certains chefs d’État sont pour le mois de février dernier alors que d’autres souhaiteraient que la prolongation débute ce mois de juin.  Ce désaccord a obligé le report. Puisque dans la foulée, trois pays ont bloqué la levée des sanctions sur le Mali notamment le Ghana, le Niger et le Nigeria.

Jean-Claude Kassi Brou désigné nouveau Gouverneur de l’UEMOA

Les chefs d’État et de Gouvernement de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) ont désigné le président de la Commission de la CEDEAO, Jean-Claude Kassi Brou, comme le futur Gouverneur de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), selon une note officielle.

Cette décision a été prise le samedi 4 juin 2022, à Accra, lors de ce sommet extraordinaire de la Conférence des chefs d’État et de Gouvernement de l’organisation régionale. Cette session a aussi permis de faire le point sur la gouvernance des organes et institutions de l’UEMOA. Il prendra fonction le 3 juillet prochain, date à laquelle ils vont se pencher sur la situation du Mali, la Guinée et le Burkina.

Bourama KEITA

Source: LE COMBAT

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct