Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Rapport de la CENTIF (sénégal): Les comptes et mécomptes du «président » Habib Sissoko

Selon les informations exclusives de Libération, Habib Sissoko, Inspecteur des Douanes et président du Comité National Olympique et Sportif du Mali (CNOSM) est, depuis plusieurs années, au cœur d’un rapport de la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières (CENTIF) du Sénégal. Le parquet de Dakar a requis, contre lui, l’ouverture d’une information judiciaire pour blanchiment de capitaux.

Habib Sissoko est un homme heureux. Il y a de cela quelques jours, le président du CNOSM mais aussi de la Zone 2 de l’Association des Comités Nationaux Olympiques d’Afrique (ACNOA) a été reconduit, depuis Budapest, comme membre du très sélect Comité Exécutif de la Fédération Internationale de Judo (FIJ). Pourtant, cet Inspecteur des Douanes de fonction traîne un gros dossier entre Dakar et Bamako, où il avait été brièvement écroué.

Au Sénégal, le parquet de Dakar a requis contre Habib Sissoko, né le 2 janvier 1959, à Bamako, et détenteur du passeport numéro D9011015 du 05/12/2013, l’ouverture d’une information judiciaire pour blanchiment. Un juge devrait hériter du dossier. Mais que s’est-il passé?

Le virement venu de l’étranger qui a tout déclenché

A Dakar, Habib Sissoko est titulaire du compte numéro SN0480100100010750960197, ouvert le 2 janvier 2015, dans les livres du Crédit agricole (ex-CNAS). Le 25 février 2019, le compte a reçu un virement étranger d’un montant de 94.732,53 euros (environ 62.000.000 F CFA) justifié par la clôture du compte numéro FR7624599620198865904010114 ouvert au nom de M. Sylla dans les livres de la banque Milleis sise en France. La CENTIF,  qui avait appris que le bénéficiaire avait été inculpé et placé sous mandat de dépôt, courant 2018, pour détournement de deniers publics, a alors ouvert des investigations pour vérifier la licéité ou non de l’origine de ces fonds. Et ce qu’elle allait découvrir, en requérant le concours de son homologue malien, se passe de commentaire.

En effet, selon la CENTIF malienne, le président du CNOSM est en relation avec deux banques du Mali : la Banque Nationale de Développement Agricole du Mali (BNDA) et la Bank of Africa (BOA). Dans les livres de la BNDA, il détient un compte courant ordinaire numéro 02001200758 et un compte d’épargne numéro 400201214482.

Le compte ordinaire a enregistré sur la période allant du 31 décembre 2010 au 2 janvier 2020, un total crédit de 6.965.883.600 FCFA. Le compte d’épargne a enregistré sur la période du 31 décembre 2010 au 12 janvier 2020, un total de 200.168.247 FCFA.

Sissoko a aussi constitué des dépôts à terme au niveau de la BNDA (Dat-BNDA) pour un montant total de 6.187.000.000 FCFA, tous échus de la période allant du 2 février 2011 au 23 décembre 2019. Il a souscrit un nouveau Dat de 400.000.000 FCFA, le 26 décembre 2019, arrivant à échéance le 26 décembre 2022.

Dans les livres de la BOA-Mali, il a ouvert un compte courant ordinaire (numéro 25002450201-38), un compte épargne (numéro 00401124502-64) et deux comptes cartes prépayées (numéros 272024502-18 et 2720245003-21).

Des Dat et du cash

Le compte courant ordinaire a enregistré sur la période allant du 01/08/2011 au 17/01/2020 un total de 383.209.102 FCFA. Le compte épargne a enregistré sur la période allant du 18/10/2011 au 22/01/2020 un total de crédit de 610.591.567 FCFA. Le premier compte cartes prépayées a enregistré sur la période allant du 01/08/2011 au 22/01/2020 un total crédit de 7.405.110 FCFA. Enfin, le deuxième a enregistré, sur la même période, 12.770.050 FCFA. M.Sissoko a également constitué des Dat au niveau de la BOA pour un montant total de 350.000.000 Fcfa, tous échus pendant la période allant du 10 avril 2012 au 10 octobre 2019.

Le 17 octobre 2019, il a souscrit un nouveau Dat de 20.000.000 Fcfa. Selon la CENTIF du Mali, les opérations énumérées se résument ainsi : compte courant (BNDA), 6.695.883.600 FCFA ; compte d’épargne (BNDA), 667.794.159 CFA ; dépôts à termes (BNDA), 6.587.000.000 FCFA ; compte courant (BOA), 383.209.102 FCFA ; compte d’épargne (BOA), 610.591.567 Fcfa ; dépôts à terme (BOA), 370.000.000 FCFA ; compte cartes prépayées (BOA 1), 7.405.110 FCFA et compte cartes prépayées BOA 2, 12.770.050 FCFA. «Au Mali, les comptes personnels de monsieur Sissoko ont enregistré des mouvements créditeurs d’un montant de 15.424.653.588 FCFA», résume la CENTIF du Sénégal. D’où provient cette manne financière ?

Des mouvements à hauteur de 15,424 milliards de FCFA

En effet, selon le rapport de la CENTIF, M. Sissoko perçoit régulièrement un salaire mensuel, des primes et des indemnités de diverses provenances. A ce titre, il a encaissé sur son compte personnel du 31/12/2010 au 21/01/2019, un salaire total de 19.639.990 FCFA ; du 26/04/2017 au 06/06/2018, des primes versées par la Direction des Douanes du Mali d’un montant total de 4.741.617 FCFA et du 02/02/2017 au 10/01/2020, des perdiem et des indemnités provenant de l’Union Africaine de Judo totalisant la somme de 49.804.670 FCFA.

Ainsi, d’après la CENTIF du Mali, M. Sissoko a reçu, sur la période allant du 31/12/2010 au 10/01/2020, des revenus d’un montant global de 74.186.277 FCFA.

Au 22/01/2020, l’actif financier de Sissoko se résumait à des comptes bancaires présentant un solde créditeur global de 131.938.706 Fcfa et deux Dat de 400.000.000 FCFA et de 20.000.000 FCFA.

Par ailleurs, elle aussi confirmé l’inculpation de Sissoko pour «association de malfaiteurs, faux en écritures, usage de faux, vol qualifié, chantage et révélation de secret». Il avait été placé sous mandat de dépôt puis libéré…quelques jours plus tard.

74.186.277 FCFA en revenus légaux

Les informations transmises par la CENTIF du Mali permettent de déterminer le

montant net des actifs de Sissoko qui s’élève à 551.938.706 FCFA.

Dans son analyse des comptes sur la décennie 2010-2020, la CENTIF malienne a relevé une distorsion importante entre le volume des transactions financières faites par le mis en cause et le montant de ses revenus légaux. «La relation entre la constitution des Dat et les revenus légaux connus de monsieur Sissoko s’avère ainsi très difficile à établir, laissant présager la commission de faits répréhensibles susceptibles de justifier les transactions exorbitantes, au regard de la qualité du mis en cause, effectuées auprès des financières.

L’importance de sommes d’argent déposées dans les comptes d’épargne, ainsi que le cumul des sommes ayant transité dans ses comptes courants ne présentent aucune cohérence par rapport aux activités connues du mis en cause. Aucune justification légale n’a été fournie pour asseoir la licéité de l’origine des fonds détenus par le sieur Sissoko, en dehors de ses revenus légaux connus sur la période 2010-2020, qui se chiffrent à 74.186.277 FCFA. Les intérêts perçus à l’échéance des Dat ne suffisent pas à justifier la différence entre les revenus connus et l’actif financier net ; ce différentiel s’élevant à 497.852.429 FCFA. En l’absence de toute justification économique, il est fort probable que les fonds d’un montant de 497.852.429 FCFA détenus par le sieur Sissoko soient issus d’activités illicites ou soient liés aux chefs d’inculpation retenus à son encontre par les autorités de poursuites judiciaires maliennes », d’après la CENTIF.

575.541.283 de FCFA retracés à Dakar

A cela s’ajoutent toutes les opérations enregistrées dans son compte ouvert au Crédit agricole, notamment le virement étranger de 94732, 53 euros. Outre ce virement, le compte a enregistré plusieurs opérations, à savoir un total  transferts reçus de 240.000.000 FCFA, un total virements reçus de 222.180.466 FCFA, un total versements intérêts sur Dat de 60.137.123 FCFA et un total retraits par chèques de 294.862.000 FCFA.

Le compte a été alimenté par des opérations de transferts et de virements d’un montant global de 462.180.466 FCFA. En résumé, les actifs nets financiers disponibles sur le compte se composent de deux Dat en cours (500.000.000 FCFA), un solde créditeur (13.400.816 FCFA) et un virement étranger évoqué. Ces actifs nets s’élèvent à un montant de 575.541.283 FCFA.

Pour la CENTIF, tous les indices de blanchiment de capitaux sont réunis, à savoir l’inculpation du mis en cause, l’absence de justificatifs des fonds détenus par un fonctionnaire ainsi que le transfert à l’étranger de fonds issus d’activités illicites de la part d’une Personne politiquement exposée (Ppe). Quid du patrimoine immobilier présumé de Sissoko? CMG

(Libération – Dakar  n°2790 du  vendredi 18 juin 2021)

Source: L’INDEPENDANT

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct