Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Pour le retour de la paix au Mali : Le prêcheur de la grande Mosquée de Bamako, Moustapha Haidara, appelle les maliens à un dépassement de soi

Penser à Dieu, au Prophète Mohamed(PSL), penser au Mali, penser à nos pères et mères, penser à tous ceux qui nous sont chers dans la vie ; mettre de coté nos égos pour sortir de le Mali de la situation critique actuelle dans laquelle il se trouve. C’est le message claire comme l’eau de roche qu’à livrer le prêcheur de la grande Mosquée de Bamako, Moustapha Haidara, le samedi 23 novembre 2019, à son domicile à Bagadadji, lors d’une déclaration à la presse. « Pour le Mali, rien est de trop. Le sacrifice, l’apport de ses tout fils et filles sans distinction de race, d’ethnie, de langue, est exigé pour apporter sa pierre de contribution à sa construction, surtout à l’état d’impasse actuel dans lequel la mère patrie se trouve ». C’est la quintessence du message du prêcheur de l’ombre à l’intention des Maliens. La nation est en danger, dit-il, c’est pour cette raison que j’adresse cet appel aux Maliens. Malgré tout, Moustapha Haidara s’est dit convaincu que le Mali retrouvera la paix et la cohésion d’antan. Sa déclaration ci-dessous.

« Le Mali  se trouve  dans  une situation critique. Dans  cette période  de crise, tout  le  monde  doit  laisser  de côté  son cœur, se pardonner,  se donner  la main comme un seul homme, pour  éviter  ce qui  est  en train  de se dessiner  pour  notre  Maliba. Cette période, n’est pas  le  moment  de se quereller,  de s’entredéchirer. Les  gens  ne de doivent  pas  se  dire  que  les bénédictions  n’apportent  rien  à  la  situation du  pays. Non. Mais  c’est Dieu qui décide  tout. Ce qu’il   veut  quel jour, n’importe quand, il le fait. Le  Coran nous  a dit  que  Nabila Moussa  et Harouna  l’ont prié. Il leur a répondu  qu’il accepte  leur appel. Mais  avant  de  joindre  l’acte  à  la parole, ils  ont fait 40 ans sans  avoir  le résultat. Mais les humains  sont  rapides, Satan aussi est en train  de nous  dominer. Le  Mali  était  ce  beau pays hier. C’est ici qu’on mange chez  les gens  sans être demandé, qu’on  est  accepté sans te  connaitre, sans connaitre  tes parents. Mais  la situation  actuelle  à fait que  ceux qui venaient chercher  des bénédictions  au Mali, sont  ébahi de  ce qui  nous arrive, ils s’interrogent  comment ça  nous est arrivé ? Tout ça  est  le  fait  de  Dieu. Retournons  derrière, à  nos sources, demandons  pardons  à Dieu, se pardonner. En faisant cela, nous serons  tous  sauvés. Acceptons  les  critiques. On ne peut être humain  sans  être  critiqué, sans  qu’on ne voie  autrement  ce que tu dis ou fais. Nous  devons pardonner  comme l’a fait le prophète Mohamed (PSL) à  ses  ennemis ; comme  Dieu qui  nous  a crée le fait. Dieu et Mohamed (PSL) ont pardonné  pour quoi  nous  nous  ne pouvons  pas pardonner? Pourquoi on ne peut  apaiser  nos cœurs ? Laissons  tout  décoté  pour  regarder  le Mali, le prendre  comme un  bébé et  le sauver. Cessons  de tirer  le  pays  entre  nous pour  ne pas le déchirer.  Nous devons  avoir à l’esprit que  nous seront   tous interrogés  de nos  actes  à la fin du monde. Tous   ceux  qui  sont  responsables  de  ces crimes  répondront  devant  le  tribunal divin. La contribution, la participation  de tous  les fils et  filles  est  demandé  actuellement  tant  en  idée, en prière, et autres auprès  de Dieu, pour sauver  le Mali. Tous  ceux qui  peuvent  faire  quelque  chose  pour  éviter  ces  massacres, tueries, sauver  le Mali, s’ils refusent  de le  faire, demain,  ils  répondront  devant  Dieu. Malgré tout, on ne doit pas perdre la foi. Que   ce soit  la  Mecque, Madina,  Arafa,  nous  avons  prié  Dieu pour mettre  fin à  cette crise.  On sait dit  que  période  ne  doit pas  être  une question  d’opposition  et  de majorité, ou du centre. Nous  devons  parler  du Mali, rien que  le Mali, celui qui  nous  a tout donné. On a demandé  pardon à Dieu, on a  demandé  que  chacun  se résigne  pour  le pays. Dans  l’état  actuel du Mali, nul ne doit penser qu’il  a terminé. Même  si tu fuis, si tu n’es  pas  parvenu  à amener  avec  toi  tes beaux parents, parents, tes  petits-fils, tes  amis, es tu sauvé ? Non. Tout  ce qu’on  souhaite pour soi, tu dois  le souhaité  pour  ton  prochain. En cette période  critique pour  le pays, il n’y a pas  question  de religion, tout  ce que les uns et  les autres peuvent  faire, ils  doivent  le faire. Il n’y a rien  derrière  la guerre, le conflit, si ce n’est le regret, le repentir. Ayons  pitié  de ce pays, croyons  en Dieu pour  nous  sortir  de cette situation. N’acceptons  pas que  notre pays  soit à la merci  du monde entier, soit  déchiré. Le prophète Mohamed (PSL) n’a jamais  accepté  de détruire  son pays, l’Arabie Saoudite, malgré tout ce qu’il  a subit. Ce dernier a pardonné, pourquoi nous nous ne pouvons pas  nous  pardonner? Le Mali est  pour nous, c’est  nous  qui  sommes des Maliens. Nous ne pouvons  se dérober à cela. Tout  ce qui  est  dedans  comme  bonheur  ou  malheur, nous concerne. Pour faciliter  la tâche  de sortir  de cette crise, cessons  d’accuser l’autre. Le Mali  était  un  pays où on prenait  l’exemple.  Autre fois, à  la  Mecque, le Malien  n’était pas  contrôlé à cause   de son bon  comportement. Aujourd’hui,  ce n’est  pas  le cas.  On doit se souvenir. Pour  toi seul, n’accepte  pas  que  le pays  soit détruit. Dieu  tient  beaucoup  à l’âme. Maliens, venez  qu’on prie  pour  le Mali  encore  plus,  qu’on  s’accepte, se pardonne, qu’on  se donne la main, seul issu  de  sortir  de  cette  situation. Ce  qui peut  nous  apporter  plus  aujourd’hui, c’est se  pardonner  dans  les cœurs.  L’apport, la  prière  de tout  le monde  est  capitale  en   ce  moment.  Après  tout  ce que  le Prophète Mohamed (PS) a  subit dans  son  pays, Dieu l’a  autorisé  de faire ce qu’il  veut  pour  se venger  de ses ennemis. Il a pardonné  tout  le  monde. Cessons d’accuser l’autre  à tort, sans preuve. Dieu n’aime pas ça.  Le dernier mot  pour  nous maliens  qu’on soit musulmans, chrétiens, païens, doit  être aujourd’hui selon moi : A cause  de Dieu, à  cause  du Prophète Mohamed (PSL),nous  devons  se  pardonner, enterrer  nos querelles, divergences, divisions, aller  dans  la même  direction. N’acceptons pas  que  le pays brule, que notre chère  partie  s’enflamme. Si  on laisse  le Mali prendre  feu, il ne choisira  pas  de  musulmans, de chrétiens ou  de païens. Tout  notre problème, c’est  les  disputes   d’argent, de  foncier, et  de place. Tu ne vois pas, quand  on appelle  quelqu’un,   il se tait  commune une carpe. A cause  de Dieu, à cause du Prophète Mohamed (PSL), à cause  de ton père et  ta mère,  de tes enfants,  regarde   le pays. Que Dieu nous protège tous,  et protégé notre  pays. Je suis  convaincre  que  le Mali  ne sera pas  dans  cette situation, qu’il retrouvera  sa paix, cohésion d’antan ».

Hadama B.Fofana       

 

Source: Journal Le Républicain-Mali                                                           

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct