Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Plan de riposte contre la Covid-19: les dessous de la reculade

L’éléphant attendu depuis plus de 24 heures est finalement arrivé nuitamment avec un pied cassé. Et pour cause ? Le décalage est abracadabrantesque entre les tonitruantes annonces de Koulouba qui avaient inondé les réseaux sociaux via la page de la présidence de la République et les meurettes prises par le Commandant en chef président du Conseil de défense nationale en présence du vice-président chargé de la défense et de la sécurité et de l’ensemble du gouvernement réuni autour de l’équation de la montée vertigineuse du Covid-19 avec son corollaire de décès quotidiens.

Autant le discours annoncé puis annulé prônait avec courage et fermeté des mesures qu’il fallait au moment qu’il fallait, autant le communiqué du Conseil de défense faisait dans la dentelle pour ne pas dire dans le recul et la capitulation. La fuite a-t-il servi d’indicateur à Bah N’Daw pour rétropédaler face à la bronca et aux fatwa des marchés et des mosquées ? En annonçant ni fermeture d’écoles et de marchés ni couvre-feu, encore moins d’interdiction de rassemblement voire de confinement, les autorités de Transition choisissent de caresser l’opinion dans le sens du poil au moment où elles devraient faire preuve de fermeté non seulement face à la montée des cas de Covid-19, mais aussi celle de l’insécurité qui se traduit par des braquages chaque jour à Bamako.
En choisissant de faire volte-face et en prônant la sérénité dans un contexte d’alerte rouge, sans démentir les mesures préalablement publiées sur la page de la présidence avant de les retirer, le président de la Transition, Bah N’Daw, son vice-président le Colonel Assimi Goïta, le gouvernement Ouane et le Conseil de défense capitulent face à la presse des lobby des marchés et des marchés, mais aussi des humeurs de la rue. Or, le Covid-19 est une bien triste réalité avec laquelle on ne doit pas jouer. Et nos autorités de la Transition semblent prendre partie de jouer. Puisse l’histoire leur donner raison.

Attendu depuis plusieurs jours, le Conseil supérieur de la défense nationale (CSDN) s’est réuni, ce 1er décembre 2020 au Palais de Koulouba sous la présidence de Monsieur Bah N’Daw, Président de la transition et Chef de l’État. L’ordre du jour du Conseil portait exclusivement sur l’examen de l’évolution de la pandémie de la Covid-19 au Mali.

Le Conseil a entendu une communication du ministre de la Santé basée sur les informations fournies par le Comité scientifique Covid-19. Selon le communiqué diffusé, ces informations ont révélé la situation préoccupante liée à la propagation de la maladie dans notre pays.
À cet égard, et en vue de rompre la chaine de transmission de la pandémie, le Conseil a pris six importantes mesures :
1. Renforcer l’application des mesures de prévention dans les espaces publics et les lieux de regroupement à travers le lavage des mains au savon et/ou l’utilisation du gel hydro alcoolique, le port obligatoire de masque, le respect de la distanciation physique et l’encouragement de la rotation des équipes de travail des services, du télétravail ainsi que des cours en ligne.
2. Renforcer la surveillance épidémiologique par le dépistage de masse dans les lieux de regroupement (formations socio-sanitaires, écoles, universités, lieux de spectacles et de sport, lieux de culte, marchés, gares routières….), l’identification, le dépistage systématique et le suivi de toutes les personnes-contact, le dépistage des voyageurs entrant au Mali sans certificat de PCR COVID-19 négatif par des tests rapides validés par l’Institut national de santé publique (INSP) au niveau des cordons sanitaires des frontières terrestres.
3. Renforcer la communication et la mobilisation sociale face à la seconde vague de la pandémie de Covid-19 au Mali à travers la sensibilisation sur l’existence et la gravité de la maladie ainsi que ses conséquences socio-économiques.
4. Améliorer la qualité de la prise en charge des cas de Covid-19 à travers le renforcement en capacité de ressources humaines, la disponibilité des intrants (médicaments, Oxygène, équipements de prise en charge des cas et de comorbidités), le renforcement de la communication pour le changement de comportement à l’égard des personnes atteintes de la COVID-19 suivies à domicile et de leurs familles.
5. Assurer la disponibilité des tests de diagnostic de laboratoire et des consommables nécessaires pour les tests.
6. Assurer le financement des activités de prévention et de riposte.
Dans le but de garantir l’application effective de ces mesures, le Conseil exhorte les populations à s’impliquer davantage aux côtés du gouvernement, et ce dans un esprit de civisme et de responsabilité.
Les mesures ainsi édictées feront l’objet d’une évaluation périodique pour permettre leur adaptation à l’évolution de la situation, conclut le communiqué.

Source : INFO-MATIN

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct