Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Permis d’exploration de Menankoto à Kéniéba : Le ministre Lamine Seydou Traoré perd la face

Le ministre des mines, de l’énergie et de l’eau, Lamine Seydou Traoré perd la face dans l’affaire du permis d’exploration de Menankoto. Après tant de gesticulation, le permis est finalement revenu à une filiale de B2GOLD qui avait été écarté au profit LITTLE BIG MINING SARL.

Le 24 mars 2021, le ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau, Lamine Seydou Traoré, a pris un arrêté qui confère à la société LITTLE BIG MINING SARL un permis d’exploration minière sur le périmètre de Menankoto-Sud dans le cercle de Kéniéba. Une société jusque-là inconnue dans le répertoire des entreprises minières. Cette décision a été vivement contestée par la multinationale canadienne B2GOLD qui espérait sur le renouvèlement de son permis sur le même périmètre. Une bataille médiatique et judiciaire s’était engagée entre les différents protagonistes. B2GOLD avait saisi la Cour suprême avant de porter le différend devant le Centre international pour le règlement des différends relatif aux investissements (CIRDI).

Entre temps, le Premier ministre Moctar Ouane reconduit dans ses fonctions par le Président Bah NDaw a pris un arrêté pour abroger l’acte du ministre des mines attribuant le permis LITTLE BIG MINING SARL. Les événements du 24 mai 2021 sont passés par là. Ouane est débarqué. Lamine Seydou Traoré évincé du gouvernement éphémère Ouane II récupère son fauteuil. C’est le statuquo jusque ce 09 décembre où le ministère des mines, de l’énergie et de l’eau et le groupe B2GOLD annoncent dans un communiqué la finalisation d’un accord.

‘’Par courrier du 22 octobre 2021, le Ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau, a informé B2GOLD que la Société LITTLE BIG MINING SARL a renoncé à sa demande de permis de recherche couvrant le périmètre de Menankoto Sud au motif que « après une évaluation plus approfondie de la situation et du contexte actuel, nous considérons qu’il n’est pas pertinent pour notre société de poursuivre ce projet » et que le périmètre de Menankoto demeure libre de tout permis minier et droit de propriété. Le groupe B2GOLD a réitéré son intérêt pour le périmètre concerné’’, peut-on lire dans ce communiqué signé par le secrétaire général du département des mines, Soussourou Dembélé et Willian Lytle, senior vice-président de B2Gold Corp.

Un haut cadre sacrifié par la junte militaire

Toujours selon ce communiqué, les services techniques du ministère en charge des mines du Mali ont estimé que l’Etat du Mali était en mesure d’attribuer le permis sollicité à une société du groupe B2GOLD dans le strict respect des règles et procédure en la matière. A la suite de cette évolution, les deux parties ont pris des engagements. « L’Etat du Mali s’engage à octroyer, conformément aux textes en vigueur, un nouveau permis de recherche pour l’or et les substances minérales du groupe 2 sur le même périmètre à Menankoto Sud à une filiale malienne du groupe B2GOLD. La Société Menankoto s’engage à se désister des procédures qu’elle avait engagées aussi bien devant les juridictions nationales maliennes que devant le Centre international pour le règlement des différends relatif aux investissements (CIRDI) », précise le document. Et d’ajouter : « L’Etat du Mali et le groupe B2GOLD se réjouissent de cette issue et du processus qui a permis d’aboutir à cet accord et qui a été mené de manière équitable, transparente et dans le strict respect des lois et règlements applicables, y compris ceux relatifs à la bonne gouvernance et au respect des lois contre la corruption ».

Après tant de gesticulation, le permis est finalement revenu à une filiale de B2GOLD qui avait été écarté au profit de LITTLE BIG MINING SARL. Le ministre Lamine Seydou Traoré perd la face. Le forcing du ministre en charges des mines a lamentablement échoué. Et dire que dans cette affaire, un haut cadre de l’Etat en occurrence Salifou Diabaté, secrétaire général du gouvernement de l’époque, a été sacrifié par la junte militaire d’Assimi Goïta. Il a été illégalement relevé de son poste comme un vulgaire mal propre par un décret en date du 30 mai 2021 signé par le Colonel Assimi Goïta. Un enregistrement audio concernant des échanges entre Salifou Diabaté et le ministre des mines Lamine Seydou Traoré avait largement circulé sur les réseaux sociaux. La décision du Premier ministre Moctar Ouane d’annuler l’attribution du permis à LITTLE BIG MINING SARL était à l’origine de ce coup de fil caustique du ministre en charge des mines contre le secrétaire général du gouvernement.

source: L’Investigateur

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct