Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Numérique: une chance pour réduire la corruption

La Fondation Friedrich Naumann a organisé le jeudi 17 juin une conférence débat sur le thème : « le numérique comme outil participatif de gouvernance ». La cérémonie d’ouverture était placée sous la présidence du ministre de la Refondation de l’Etat et chargé des Relations avec les Institutions, M. Ibrahim Ikassa MAÏGA.

En organisant cette conférence débat, la Fondation Friedrich Naumann, en collaboration avec Orange Mali, entend, d’une part, faire du numérique un vecteur de croissance de la productivité et de valeur ajoutée pour les entreprises et, d’autre part, un facteur d’efficience pour l’administration publique afin de lutter efficacement contre la corruption.
Selon le Directeur régional Afrique de l’Ouest de la Fondation Friedrich Naumann, Dr Jo HOLDEN, le numérique constitue le secteur le plus dynamique de nos jours pour une gestion transparente des ressources. A cet effet, estime-t-il, l’avenir de la gouvernance réside dans le secteur. Le Mali doit se positionner dans ce secteur, a déclaré Dr HOLDEN qui est persuadé que l’évolution numérique et son ancrage constituent un processus irréversible.
De son côté, Youssouf TOURE, conseiller spécial du Premier ministre, a rappelé que dans le cadre de l’amélioration des services de l’administration publique, le gouvernement, depuis des années, a lancé un vaste chantier de réformes et de modernisation de ses processus en vue de l’amélioration en permanence de la qualité des services rendus aux usagers des services publics.
Dans cette dynamique, il pense que ce programme de la Fondation Friedrich Naumann contribuera significativement à relever le défi de la qualité des services pour ensuite être un moyen de lutte contre la corruption.
Pour le ministre de la Refondation de l’Etat et Chargé des Relations avec les Institutions, M. Ibrahim Ikassa MAÏGA, la lenteur dans les procédures administratives assorties de passe-droits, la corruption et la délinquance financière comptent parmi les facteurs déterminants de la faillite des Institutions maliennes. C’est pourquoi, il a profité de cette opportunité pour adresser ses félicitations aux organisateurs de cette conférence qui s’inscrit dans le cadre d’une politique de promotion du Numérique comme outil de gestion et de transparence d’une bonne gouvernance.
« L’outil numérique n’est certes pas une panacée, mais il permet, entre autres avantages, de faciliter l’accès au public, simplifier les démarches, dématérialiser les procédures, et les accélérer, minimiser les taux d’erreur, éviter les contacts physiques, restreindre les manœuvres non licites, sécuriser les données et les transactions, stocker du volume en mémoire », a déclaré le ministre MAÏGA.
Puis, il a indiqué que la transformation digitale s’inscrit, sans doute, dans les assignations de la refondation de l’État à travers la modernisation de l’Administration et du monde des affaires, la rationalisation des structures et l’optimisation des fonctions conformément à leur vision pour le pays.
« Le Mali Kura tant souhaité dans le cadre de la refondation de l’État ne saurait se réaliser sans l’incarnation d’un état d’esprit citoyen et d’une Administration innovée et adaptée en vue d’intégrer notre pays dans le concert des nations émergentes », est-il persuadé.

Par Sikou BAH

Source: Info-Matin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct