Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Musique : AFRODELIC, l’opus de Victor Diawara qui rassemble le Mali et la Lituanie

Le musicien et producteur de musique Victor Diawara, lutiano-malien, sort le deuxième single de son projet Afrodelic, intitulé « Weleli » ainsi que son clip. Avec des images captivantes et une musique onirique, Afrodelic nous invite à se promener dans son Mali natal.

Comme toutes les œuvres d’Afrodelic, la chanson a été écrite par son père, le célèbre écrivain et professeur malien, Gaoussou Diawara. Ce dernier explore les genres littéraires en écrivant tant bien des poèmes, des romans que des pièces de théâtre.

Les paroles sont inspirées du mouvement des droits civiques des années 1960 visant à l’égalité et l’acceptation de tous les Hommes. Le texte reste malheureusement toujours autant pertinent aujourd’hui.

« Ce titre est spécial pour moi. J’ai commencé à le travailler en 2018, le week-end où j’ai appris que mon père avait eu un AVC. Nous ne pouvions plus être ensemble, mais en travaillant sur la musique ce soir-là, j’ai ressenti une réelle connexion avec lui. C’est alors que j’ai décidé de dédier ce projet en l’honneur de mon père et de l’appeler « Afrodelic » », explique V. Diawara.

Au total, 11 musiciens et interprètes de Lituanie, de France et du Mali ont travaillé sur Weleli. La chanson comprend des voix du choeur d’enfants de Bamako, avec le bassiste Boris Kulenovic (Mei Tei Sho, Yann Clery, Nathalie Natiembe), le percussionniste Gediminas Mačiulskis et le producteur Adas Gecevičius.

Qui est Victor Diawara ?

Fils de l’écrivain et poète malien, feu Gaoussou Diawara, Victor a grandi à Bamako, principalement à Djelibougou. Il a un lien très profond avec la culture et la musique maliennes en raison de l’influence que son père a eue sur lui. Sa mère était également professeur de théâtre à l’INA. « J’ai grandi dans un environnement très artistique. Je me souviens avoir appris des tours de guitare et de balafon quand j’étais enfant avec Habib Koite, qui était également à l’INA à cette époque. J’ai passé mon enfance entre l’INA, l’ENSUP, le centre culturel français, le Palais des Sports, etc. J’ai terminé l’école en Allemagne en 1997 et je suis partie vivre en Lituanie, pays de ma mère (Victoria Diawara).

Ici, j’ai commencé une carrière réussie avec mon groupe Skamp. Nous avons remporté de nombreux prix, dont 2 nominations à MTV Europe et fait des tournées d’Europe aux États-Unis. En 2009, j’ai créé un centre culturel à Vilnius (“Loftas”) qui est devenu l’un des principaux lieux de concerts de la capitale de la Lituanie. »

Afrodelic, un projet pour rendre hommage

« Après le décès de mon père en 2018, j’ai décidé de lui rendre hommage avec mon projet Afrodelic. » La plupart des paroles de l’album ont été écrites par feu Gaoussou Diawara et l’artiste veut célébrer les paroles du poète décédée en 2018 et les faire découvrir aux jeunes générations du Mali et du monde. Le premier album «Dusunkun Hakili» est attendu en juin 2021 pour présenter la culture malienne avec une touche moderne au monde.

Bien que le projet n’ait été dévoilé au public qu’en 2018, il a rapidement attiré l’attention du monde entier. Afrodelic a déjà été invité à se produire dans des festivals tels que Reeperbahn (Allemagne), Primavera Pro (Espagne) et Liverpool Sound City (UK). Et il y a à peine quelques jours, il s’est également produit aux ETEP (European Talent Excange Progamme) et aux INES (European Music Conferences and Talent Festival) où il a été nominé Talent of the Year.

La Rédaction

Source: Bamakonews

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct