Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Moctar Ouane sur la militarisation de la Transition: ‘‘les rôles sont clairement définis’’

Faire d’une pierre deux coups, en prenant contact avec la presse nationale et internationale et s’adresser à ses compatriotes pour les entretenir des sujets qui les préoccupent et de la démarche du Gouvernement pour les 16 prochains mois, c’est l’exercice auquel s’est plié, hier, le Premier ministre, chef du Gouvernement de Transition qui a offert un déjeuner de presse. Sur la mise en place du Conseil National de Transition (CNT) ; l’immobilisme apparent du Gouvernement ; la militarisation de la Transition, la crise sociale, la propagation de la maladie à Coronavirus, Moctar OUANE a donné son avis éclairé.

 

Pour la circonstance, l’hôte du jour était entouré de quatre membres du Gouvernement, à savoir les ministres de la Réconciliation nationale, le Colonel-Major Ismaël WAGUE ; de la Communication et de l’économie numérique, Hamadoun TOURE ; de la Santé et du développement social, le Dr Fanta SIBY ; du Travail et de la Fonction publique – PPG, Me Harouna Mahamadou TOUREH.
Tout en rendant hommage à la presse qui travaille dans des conditions extrêmement difficiles, le chef du Gouvernement invite à combattre les Fakenews qui menacent toutes les démocraties du monde et de ne pas succomber dans la simplification dans laquelle certains veulent l’entraîner.
Abordant les questions de fond, Moctar OUANE a rappelé que le Gouvernement de transition a été mis en place à l’issue d’un processus participatif. Il a ajouté que lors du 1er Conseil des ministres, il a reçu instruction du Président de Transition, Bah N’DAW, de mettre en œuvre la Feuille de route qui est une émanation de la volonté populaire. Ainsi, a-t-il dit : « Sur la base des contributions de tous les départements ministériels, un Programme d’action du gouvernement (PAG), construit autour des six (6) axes et des vingt-trois (23) objectifs fixés dans la Feuille de route, a été élaboré et présenté en Conseil des ministres le 25 novembre 2020. En attendant son adoption par le Conseil national de transition (CNT) très prochainement, je vous partage quelques grandes lignes de ce qui sera notre boussole au cours des 16 prochains mois ».
« Le PAG, a poursuivi le Premier ministre, fera l’objet d’un suivi régulier dans le cadre de la mise en œuvre du plan de travail gouvernemental et d’une évaluation semestrielle prévue pendant la première quinzaine du mois qui suit le semestre écoulé ».
Ce qui fait dire au diplomate tempérant : « mon gouvernement est à pied d’œuvre pour donner du sens à cette transition. Le temps de la réflexion, de la concertation et de la recherche du consensus n’est pas du temps perdu encore moins le signe d’un certain attentisme ».

Réagissant aux revendications protéiformes qui secouent en ce moment le pays, le Chef du Gouvernement fait savoir que les négociations sont engagées avec les acteurs sociaux. S’il reconnaît que nous n’avons pas un Gouvernement providence ad libitum, il s’engage à faire tout ce qui est possible pour éviter le blocage du pays qui est l’enjeu. Aussi, interpelle-t-il : « J’en appelle donc au bon sens qui nous anime tous afin d’éviter à notre pays une énième turbulence. C’est pourquoi, conformément à la Feuille de route de la transition, mon gouvernement travaille à l’organisation d’une conférence sociale qui se tiendra au premier trimestre 2021 ».
Parlant de la propagation de la COVID-19, Moctar OUANE fait savoir que le Gouvernement prend cela très au sérieux. Et de rappeler quelques mesures édictées par le Conseil supérieur de la défense nationale (CSDN) réuni le mardi 1er décembre 2020 : observer les gestes-barrières ; améliorer la qualité de la prise en charge des cas de Covid-19 ; continuer la sensibilisation…
La question qui cristallise l’attention au plan national porte indubitablement sur la mise en place du CNT plus de deux mois après le début de la Transition. Le Premier ministre, Moctar OUANE, comprend les impatiences, d’autant plus qu’il s’agit du dernier organe de la Transition à mettre en place. Mais, il est rassurant : « les consultations engagées ont permis d’arrêter la consistance du CNT. Vous l’aurez plus tôt que vous ne le pensez ».
Le Président de Transition, Bah N’DAW, serait-il atteint de la maladie à Coronavirus ? Serait-il sur le point de rendre les armes, selon des rumeurs persistantes ? Le PM botte en touche.
Sur la militarisation de la Transition, le chef du Gouvernement est très sobre : « les rôles sont clairement définis ; chacun joue sa partition dans la Transition ». Comprenne qui pourra.

PAR BERTIN DAKOUO

Source : INFO-MATIN

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct