Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

MALI-SÉNÉGAL: Quatre ans de prison pour le chauffeur, auteur d’un accident de route

Dans la journée du 3 septembre, un chauffeur malien a donné la mort à 4 personnes dont des Sénégalais. Cet évènement malheureux a fallu de peu pour que l’irréparable se produise entre les deux pays qui se vantent de leur fraternité de longue date.

 

Le chauffeur malien a été condamné à 4 ans de prison ferme par le tribunal de Kaolack, le retrait de son permis de conduire pendant 2 ans et au paiement de 51 000 F CFA. Regrettant son acte involontaire, le chauffeur a présenté ses excuses à la population sénégalaise et aux familles des défunts. Le transport est un élément prépondérant dans l’économie malienne. Le Mali est un pays de commerce, mais enclavé. La plupart de nos marchandises sont importées par voie routière. Mais les chauffeurs sont dans de mauvaises conditions. Leurs droits ne sont pas pris en valeur et sont confrontés à plusieurs dangers.

Diadje Sissoko, chauffeur, explique : « les chauffeurs maliens souffrent beaucoup dans  d’autres pays surtout au Sénégal. Nous empruntons ce chemin depuis plus de 10 ans. Sur la route, les chauffeurs Sénégalais ne nous cèdent pas la route, ils nous causent des accidents chaque fois. Ils nous manquent de respect au port. Ils jouissent de leurs nationalités au détriment de nous les Maliens contrairement au Mali. L’étranger est beaucoup respecté au Mali ». Confrontés à ces multiples difficultés, nos chauffeurs roulent jours et nuits pour leurs sociétés.

 « Il y a plus de 300 chauffeurs emprisonnés au Sénégal. Ils sont accusés de trafic de drogues, d’accidents, de viols ou encore de vols. Pourtant, la plupart de ces accusations peuvent être justifiées. Les affaires de drogue, parfois le chauffeur n’est même pas au courant. Mais quand les douaniers trouvent la drogue dans la voiture, le chauffeur est tenu pour responsable. Et le comble dans tout ça, les patrons vont récupérer leurs voitures et oublient le chauffeur. Alors que l’amende s’élève parfois à 3 ou 5 millions de F CFA. Pour récupérer la voiture, c’est à 10 millions ou plus. Les  chauffeurs ne sont pas protégés par nos patrons », regrette-t-il.

La plupart de ces chauffeurs sont des chefs de famille. Abandonner son employé d’une telle façon n’est-il pas injuste ? Les sociétés devraient faire face à leurs responsabilités.

Daouda Samaké, chauffeur, ajoute : « tu es chassé du jour au lendemain et sans préavis. Tu as des problèmes tu le gères et si la voiture a des défauts graves tu es licencié. Dans la sous-région, les prisons sont pleines de chauffeurs maliens sans soutien. Si l’État pouvait faire quelque chose pour eux, ce serait mieux. Il y a beaucoup de femmes et d’enfants qui attendent le retour de leurs maris et pères ».

Aboubacar Sidiki Diarra 

(stagiaire)

SourceMali Tribune

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct