Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Mali: la Cédéao “regrette” le décret de la junte sur le retour à un pouvoir civil

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a “regretté” que la junte malienne n’ait pas attendu la fin de négociations avec elle pour fixer l’échéance d’un retour des civils au pouvoir, et souligné dans un communiqué publié mardi soir que le dialogue continuait.

Le chef de la junte malienne, le colonel Assimi Goïta, a signé lundi un décret stipulant que les militaires gouverneraient jusqu’en mars 2024 avant de rendre le pouvoir aux civils à l’issue de cette période dite de transition. Ce décret a été rendu public alors que la junte et la Cédéao étaient toujours en discussion sur la durée de la transition. La Cédéao fait pression depuis la prise du pouvoir par les militaires en août 2020 pour un retour rapide des civils à la tête de ce pays plongé depuis 2012 dans une profonde crise sécuritaire et politique. Elle a infligé le 9 janvier au Mali de sévères mesures de rétorsion commerciales et financières pour stopper le projet des colonels qui était alors de diriger jusqu’à cinq années supplémentaires. La Cédéao a renvoyé samedi à un sommet prévu le 3 juillet une décision sur la levée éventuelle des sanctions, faute d’accord entre ses membres. La Cédéao a dit mardi soir “prendre acte” du décret. “Elle regrette que cette décision ait été prise à un moment où les négociations se déroulent encore en vue de parvenir à un consensus”, a-t-elle ajouté. Le médiateur de la Cédéao, le Nigérian Goodluck Jonathan, “poursuivra les échanges avec les autorités du Mali en vue de parvenir à un chronogramme (calendrier) mutuellement acceptable”, a-t-elle conclu. Le porte-parole du gouvernement malien, le colonel Abdoulaye Maïga, a assuré ne craindre “absolument pas” un accès de tension avec la Cédéao. Au contraire, le décret “est une preuve très éloquente de la volonté de dialogue” des autorités, a-t-il déclaré lundi à la télévision publique, en le justifiant par la volonté de trouver un “compromis” entre les “exigences” de la Cédéao et les “aspirations” des Maliens à des réformes avant la tenue d’élections à la fin de la transition. Les autorités ont estimé que les pourparlers avec la Cédéao étaient assez “avancés” pour promulguer ce décret sans en attendre la fin, a-t-il expliqué. La Cédéao a accordé jusqu’alors 16 mois supplémentaires aux militaires. Elle réclame aussi de la junte un calendrier détaillé des actions à mener pour tenir les élections. Elle dit qu’elle lèvera les sanctions à mesure que ces actions auront été accomplies. Maintenant que la durée de la transition est fixée, “l’élaboration d’un chronogramme est fort aisée, en tout cas sa publication est imminente”, a affirmé le colonel Maïga. Elle est suspendue à l’adoption du projet de loi électorale par le Conseil national de transition (CNT), a-t-il ajouté. Le CNT, installé par les militaires, fait office de Parlement. Le CNT “encourage et soutient” le colonel Goïta, a indiqué son président, le colonel Malick Diaw, mardi soir dans un communiqué sur la durée de la transition.
Source: AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct