Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

MAIRIE DE BOUGOUNI : Une odeur de corruption

La corruption et la mauvaise gestion semblent être à l’origine du disfonctionnement de la mairie de Bougouni.  Depuis 2017, la gestion est mise en cause.

Assurer le bon fonctionnement de la mairie pour le bonheur de la population tel doit être l’engagement de toutes les autorités communales et locales. Cet engagement et le serment prêtés lors de la prise de fonction sont terrifiés aujourd’hui. La corruption et la mauvaise gestion ont atteint le paroxysme. Les dysfonctionnements dans l’appréciation des critères de performance ainsi que des irrégularités financières sont décriées par le rapport fourni par le bureau du vérificateur général.  Il ressort du rapport du BVG datant du 1er janvier 2017 au 31 décembre 2019 le non-paiement​ des indus au Maire pour un montant total de 3,87 millions de FCFA ; le non-reversement des produits issus de la vente de Dossiers d’Appel d’Offres pour un montant total de 950 000 FCFA ; la non-application de pénalités de retard pour un montant total de 8,46 millions de FCFA. Comme si cela n’est pas suffisant, ledit rapport ajoute le non-reversement au Régisseur des loyers des magasins de l’ancienne auto-gare pour un montant total de 4,02 millions de FCFA ; le paiement de salaires d’enseignants n’existant pas dans la Commune Urbaine de Bougouni pour un montant total de 126,71 millions de FCFA. Le non-recouvrement du tarif minimal de transfert de parcelles de terrain pour un montant total de 53,99 4 millions de FCFA ; l’encaissement de recettes sans délibération pour un montant total de 10,12 millions de FCFA sont entre autres des faits qu’on reproche à la mairie de Bougouni. Les irrégularités financières constatées s’élèvent à 205, 508 7871 millions de FCFA.  Ledit rapport est remis à la section des comptes de la cour suprême et le procureur de la République près du tribunal de grande instance de la commune III du district de Bamako chargé du pôle économique et financier. Très prochainement les responsabilités seront situées par les juridictions compétentes. Mais a entendant, il est impératif pour les autorités de la transition de prendre des mesures pour une réparation des préjudices et pour la non répétition.

Nous y reviendrons !

Source: 223infos.net

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct