Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Incidents survenus à Konsinka: incidents survenus à Konsinka

Après les événements du 15 décembre 2017 et celui du 21 décembre 2018, qui se sont soldés par des pertes en vies humaines et des dégâts matériels de plus de 200 millions de FCFA, les ressortissants de la commune rurale de Konsika demandent justice. L’information a été donnée par les responsables de l’association Yélemané Dagakané, à la faveur d’une assemblée générale au Palais des sports de Bamako.

Cette rencontre avait pour objectif de remercier le président du conseil malien de la diaspora et d’autres acteurs qui se sont battus aux côtes de cette association pour la libération des 96 prisonniers arrêtés à la suite des évènements du 21 décembre à Konsiga, mais aussi de faire le bilan des dégâts que les populations de la commune rurale de Konsinka ont subis et d’en tirer les conclusions. À l’issue de la dite rencontre, les membres de l’association ont demandé justice pour les personnes qui ont perdu la vie et des biens suite à ces différents évènements

M. Abdoulaye COULIBALY, tombé sous les balles des forces de l’ordre, déployées à Kersignané le 15 décembre 2017 et le jeune Diopé TANDIAN, sont des victimes de ces deux événements.

Selon M. Tama KEBE, secrétaire général de l’association Yélémané Dagakané, le jeune Diopé TANDIAN de la commune de Diongaga, est tombé malade en détention à Bafoulabé puis transféré très tardivement à Bamako. « Il est décédé des suites de cette maladie », a-t-il déploré. En plus de ces pertes en vies humaines, il a aussi rappelé que l’opération de maintien d’ordre, du 21 décembre 2018, a tourné au désastre et l’on dénombre des pertes de plusieurs dizaines de millions de nos francs, selon des témoignages à Kersignané.

« Nos portes ont été défoncées pour emporter tout ce qui s’y trouve. 200 000 millions de francs CFA et d’Euro, des métaux précieux, comme de l’or et de l’argent, ont disparu après le passage des forces de sécurité, selon des témoins. Pire, ils ont emporté nos moutons et chèvres, dont une partie a été consommée sur place et le reste empotée à Kayes », relate un ressortissant, s’appuyant sur une vidéo qu’il dit avoir réalisé sur place. Sur ces images diffusées dans la salle, on pouvait apercevoir les douilles des gaz lacrymogènes et des éclats de balles dans les chambres à coucher, des documents importants sont également partis en fumée. Pour être plus précis, il a regretté que 116 têtes de moutons ont été emportées par les forces de l’ordre, le 15 décembre 2018 à Kersigané.

Rappelons que les personnes arrêtées qui étaient au nombre de 95 ont été d’abord détenues à Kayes avant d’être transférées à Bafoulabé. Suite au limogeage du gouverneur d’alors, ces détenus ont été progressivement libérés.

Quant au porte-parole de l’association Yélemané Dagakané, Bakary DIAMBOU, il a chargé Soumaïla CISSE et son camarade GASSAMA d’avoir concocté tout ce malheur pour le cercle de Yélemané.

« La plaie que les responsables de l’URD, notamment Soumaïla et GASSAMA ont infligé aux populations de Yélemané ne se fermera jamais, tant, que justice n’est pas faite », a-t-il averti.

PAR CHRISTELLE KONE

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct