Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Gouvernement de la Transition du Mali : Premier Conseil de cabinet mardi

Les nouveaux ministres du gouvernement de la Transition, dont la liste des membres est connue depuis lundi, après-midi, ont participé, mardi, au premier Conseil de cabinet, sous la conduite du chef du gouvernement, Moctar Ouane.

On peut dire que l’équipe dirigée par M. Ouane, qui comprend 25 membres dont quatre femmes, a été formée conformément à la Charte de la Transition et aux recommandations du Dialogue national inclusif (DNI), un document consensuel adopté fin 2019.

La nouveauté dans ce nouvel attelage est que la quasi-totalité de ses membres n’avaient, auparavant, pas servi dans un gouvernement. Seul Zeïni Moulaye, aux Affaires étrangères et la Coopération internationale, a été ministre des Transports et du Tourisme (1989-1991) sous le régime du général Moussa Traoré.

Il est, aussi, à retenir que le Comité national pour le salut du peuple (CNSP) détient quatre portefeuilles clés dans ce gouvernement. Il s’agit du ministère de la Défense et des Anciens combattants (colonel Sadio Camara), du ministère de la Sécurité et de la Protection civile (colonel Modibo Koné), du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (Lieutenant colonel Abdoulaye Maiga), ainsi que du ministère de la Réconciliation nationale (colonel-major Ismaël Wagué).

Pour la première fois, la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) fait son entrée dans un gouvernement, depuis la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger, le 20 juin 2015, à Bamako. Mossa Ag Attaher (Jeunesse et des Sports) et Mahmoud Ould Mohamed (Agriculture, Élevage et Pêche) représentent le mouvement dirigé par Bilal Ag Chérif.

La Plateforme aussi est représentée par Me Harouna Toureh, ministre du Travail et de la Fonction publique, Porte-parole du gouvernement et Alhamdou Ag Ilyène, ministre des Maliens de l’extérieur et de l’Intégration africaine.

La présence des mouvements signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation est une indication de la volonté ferme du président de la Transition, Bah N’Daw, de faire figurer la mise en œuvre du document d’entente au rang des priorités.

MK/MD (AMAP)

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct