Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Formation d’un nouveau gouvernement : Consultés, Mme Sy Kadiatou Sow, Konimba Sidibé, Mohamed Ali Bayhily déclinent la proposition

La formation d’une nouvelle équipe gouvernementale était à l’ordre du jour. Elle visait à se conformer la Charte révisée. Mais les personnes sollicitées par les autorités de la transition pour figurer dans le nouveau gouvernement auraient rejeté en bloc les ministères à eux proposés ou de travailler sous les ordres du Premier ministre Choguel Kokalla Maïga.

 

Pour donner du sang neuf au gouvernement de la rectification conduite par Dr Choguel Kokalla Maïga, depuis juin 2021, accusé par ses détracteurs de révisionniste, de revanchard et loin de faire l’unanimité pour rassembler les Maliens, le président de la transition, le colonel Assimi Goïta, selon certaines sources, aurait pris la décision de faire appel à des femmes et des hommes pour leurs expériences et leurs connaissances de la gestion des affaires de l’État. Mais c’était sans compter sur la détermination des gens consultés à ne pas siéger dans un gouvernement dirigé par l’actuel Premier ministre ou ne pas occuper des ministères de moindre importance. Ainsi, ils auraient, puisqu’il s’agit de Mme Sy Kadiatou Sow, Konimba Sidibé, Me Mohamed A. Bayhily, décliné la proposition du président de la transition à faire leur entrée dans la nouvelle équipe. Raisons invoquées?

Mme Sy Kadiatou Sow, ancienne ministre, présidente de l’Association- ADEMA, membre du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5- RFP), coalition hétéroclite à la base de la chute du président Ibrahima Boubacar Keïta (IBK) en août 2020, elle aurait été démarchée par les hommes du président Goïta pour être dans le nouveau gouvernement.

Selon des sources crédibles, elle aurait refusé d’y figurer en expliquant que son combat n’était pas d’être membre d’un gouvernement. Elle reprocherait à Choguel Kokalla Maïga de ne pas travailler pour le changement réclamé par le peuple malien.

  1. Konimba Sidibé, ancien ministre, ancien député, président du parti Mouvement pour un destin commun (MODEC), membre du Mouvement du 5 juin- Rassemblement des forces patriotiques (M5- RFP). Il lui aurait été proposé d’occuper le ministère de la Lutte contre la corruption. Refus catégorique de M. Sidibé de prendre ce département. Selon nos sources, le président du MODEC aurait dit que ce ministère est un cadeau empoisonné.

Mohamed Ali Bayhily, ancien ministremembre du Mouvement du 5 juin- Rassemblement des forces patriotiques (M5- RFP), il aurait dit qu’il ne siège pas dans un gouvernement dirigé par Choguel Kokalla Maïga.

Quant au parti du bélier blanc, il aurait donné  son accord à participer dans un gouvernement  d’union nationale. Dès lors, on comprend le communiqué du Parti pour la renaissance nationale (PARENA) sur une éventuelle proposition de sorties de crise.

Au regard des différentes rencontres entre le Premier ministre Choguel Kokala Maïga et la jeunesse du M 5-RFP, on pourrait dire que l’électricité est dans l’air. Vu le climat délétère entre le Premier ministre  et son regroupement politique, il faut un terrain d’entente entre les deux (02) camps. Mais comment y parvenir ?  C’est cette équation que le colonel Assimi Goïta cherche à résoudre. D’un côté, il y aura le refus du peuple à accepter un gouvernement des anciens ministres des régimes défunts, responsables des déboires de notre peuple. Difficile équation à résoudre pour le président de la transition.

Safounè KOUMBA

Source : L’Inter De Bamako

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct