Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Droits fondamentaux des enfants : le président de la COMADE interpelle les nouvelles autorités

Le 16 juin de chaque année est célébrée la Journée internationale de l’enfant africain, en souvenir du massacre de centaines d’enfants lors d’une marche pour leurs droits à Soweto (Afrique du Sud) par le pouvoir de l’apartheid le 16 juin 1976.

A l’occasion de la commémoration de l’édition 2021, le président de la Coalition malienne pour les droits de l’enfant (COMADE), Antoine Akplogan, a appelé les nouvelles autorités du pays à prioriser l’accès des enfants à leurs droits fondamentaux.

Selon un rapport publié par l’UNICEF et l’Organisation internationale du travail (OIT), le jeudi 10 juin 2021, 160 millions d’enfants (dont la majorité est âgée de 5 à 11 ans), sont forcés de travailler dans le monde. Et ce nombre ne ferait que croître, sous l’effet de la pandémie.

« Le travail des enfants risque de toucher 9 millions d’enfants supplémentaires d’ici à 2022, voire 46 millions », selon le modèle de simulation de l’UNICEF. En effet, les bouleversements économiques en 2020 et 2021 ont poussé des millions d’enfants à quitter prématurément les bancs de l’école.

Il ressort dudit rapport : « En Afrique, la violence, l’abus et l’exploitation des enfants sont des aspects tragiques de l’enfance. Le mariage précoce, qui reste une violation grave des droits de l’enfant, touche 4 filles sur 10 âgées de 20 à 24 ans et mariées avant leur 18è anniversaire ».

Concernant le Mali, souligne le rapport de l’UNICEF, « depuis 2012, l’insécurité au Nord et au Centre du pays a poussé de nombreux enfants à abandonner l’école. En effet, les groupes armés terroristes ont fermé plusieurs écoles dans ces zones. Ils ont également forcé beaucoup d’enfants à prendre les armés et à se battre à leurs côtés devenant ainsi des enfants soldats. Plusieurs jeunes filles sont employées comme des aide-ménagères au Mali. Leurs droits sont généralement violés par leurs employeurs ».

Face à ces violations des droits des enfants dans notre pays, la Coalition malienne pour les droits de l’enfant (COMADE), alerte régulièrement sur les conséquences physiques, sanitaires sur les mineurs et mène plusieurs actions pour la protection des enfants.

A l’occasion de la journée de l’enfant africain, célébrée le 16 juin 2021, le président de la COMADE, Antoine Akplogan, a appelé les nouvelles autorités maliennes à prioriser l’accès des enfants à leurs droits fondamentaux. Lire la suite sur aumali…

 

Diamouténé

Source: l’indicateur du renouveau

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct