Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

CAN 2022: C’est bien confirmé au Cameroun à la date indiquée

Alors qu’un doute persistant planait sur la tenue de la prochaine édition de la Coupe d’Afrique des Nations (Can) au Cameroun en 2022, le président de l’instance suprême du football continental a tenu à lever toute équivoque quant à l’organisation de la plus grande fête du football africain à la date et au lieu indiqués.

Au cours d’une visite au Cameroun qui l’a conduit au Stade Olembe de Yaoundé (retenu pour le match d’ouverture), Patrice Motsepe a été très clair sur la tenue de la Can en terre camerounaise. Le patron de la Caf était accompagné de son vice-président Me Augustin Senghor, et  également de Samuel Eto’o Fils, tout nouveau président de la Fédération camerounaise de Football. Du côté des autorités camerounaises, il y avait le ministre d’État, Secrétaire général de la Présidence, Ferdinand Ngoh Ngoh et le ministre des Sports et de l’Éducation physique, Narcisse Mouelle Kombi.

Après la visite du magnifique stade de Olembe, le président de la Caf a, s’adressant à la presse, confirmé la tenue de la Can au Cameroun prévue du 9 janvier au 6 février. Le patron de la Caf a d’ailleurs donné rendez-vous le 7 janvier prochain pour, dit-il, être au Cameroun à deux jours du coup d’envoi de la Can prévu le 9 janvier.

« Tout le monde sera là à partir du 7 janvier. Et le 9 janvier 2022, la Can va démarrer », a indiqué Patrice Motsepe. « J’amènerai ma femme et mes enfants parce que nous sommes tous camerounais », a poursuivi le patron de la Caf. Par ailleurs, le président de la Caf a profité de sa prise de parole pour appeler les Africains à davantage être optimistes et à se faire plus confiance.

Alassane

 

26-MARS: Motsepe ébloui, Mossa satisfait

Le président de la Confédération africaine de Football (Caf) est arrivé mardi en début de soirée à Bamako. A la tête d’une forte délégation, Dr. Patrice Motsepe a été accueilli par son homologue de la fédération malienne de football (Fémafoot), Mamoutou Touré « Bavieux » en compagnie du ministre des Sports, Mossa Ag Attaher. Parti visiter le Stade du 26-Mars, Motsepe a été ébloui par l’infrastructure qui fait peau neuve.

Venu au Mali pour une visite de courtoisie et de travail de quelques heures avant de rallier le Qatar le mercredi matin pour la Super Coupe de la Caf, le patron de l’instance suprême du football africain était accompagné d’une forte délégation composée notamment de son premier vice-président Augustin Senghor (Sénégal) et du tout nouveau président de la Fécafoot, le Camerounais Samuel Eto’o. Sur le tarmac de l’aéroport international Président Modibo Kéita Bamako-Ségou, plusieurs membres du Comité exécutif de la Fémafoot étaient également à l’accueil.

Après avoir foulé le sol malien, Patrice Motsepe a eu un tête-à-tête avec le bureau fédéral. A l’issue de cet entretien à l’abri des médias, les premiers mots du Sud-africain ont été qu’il « est heureux d’être en famille à la maison ».

Dans une interview express, il a également loué la qualité du football malien ainsi que le leadership de son homologue président de la Fémafoot. « Le Mali est un pays qui a produit beaucoup de joueurs talentueux. Et c’est un honneur pour moi de travailler avec mon frère président de la Fédération du Mali. Il fait une contribution énorme à la Caf. C’est un leader qui conseille bien et dont j’apprécie beaucoup la sagesse. Je pense que le Mali peut être énormément fier de lui. Quant à nous, nous sommes très fiers d’avoir un leader comme lui à la Caf »a-t-il laissé entendre.

Alors que la tenue de la prochaine édition de la Can au Cameroun (9 janvier, 6 février) alimente tous les débats ces derniers temps, le patron de la Caf s’est montré rassurant avec un vœu cher à tous les Maliens. « On a parlé du football scolaire sur le continent africain car l’un des plus grands investissements que nous puissions faire est d’investir dans notre jeunesse. Et c’est un honneur pour ma Fondation, à savoir la Motsepe Fondation, de donner 10 millions de dollars pour le développement du football scolaire en Afrique. Autre chose importante dont on a parlé est la prochaine Coupe d’Afrique des Nations. Je sais que le Mali sera représenté par une très bonne équipe. Et je disais à Senghor du Sénégal et Samuel Eto’o du Cameroun que le Mali sera en finale de cette Can », a conclu Patrice Motsepe dans un tonnerre d’applaudissements.

De l’aéroport, Motsepe a été conduit au Palais présidentiel à Koulouba pour y rencontrer le Chef de l’Etat, le Colonel Assimi Goïta. De Koulouba, il s’est ensuite rendu au Stade du 26-Mars de Bamako en phase finale de rénovation avant de conclure sa visite par un diner gala offert par la Fédération. Ebloui par un Stade du 26-Mars relooké, Motsepe a félicité l’Etat du Mali, à travers le ministre des Sports, Mossa Ag Attaher, pour l’énorme travail abattu  en si peu de temps pour remettre l’enceinte au standing international qui est désormais prête à abriter n’importe quelle rencontre de football. Un instant de fierté et de satisfaction pour le ministre Mossa Ag Attaher qui surveillait le chantier comme le lait sur le feu.

Alassane CISSOUMA

 

CHAMPIONNAT NATIONAL DE FOOTBALL: Plusieurs entraîneurs déjà débarqués

Sale temps pour les entraîneurs de la Ligue 1 en mauvaise posture. Au bout de 7 journées, ce sont 3 techniciens qui ont été débarqués. Après le Stade malien de Bamako avec Jean Christophe Cratecap, l’AS Bakaridjan et le LC BA ont débarqué, à leur tour, leur entraîneur.

Après le Français Jean Christophe Cratecap démis de ses fonctions par le Stade malien, Bourama Ciré Camara et Abdou Traoré ne sont plus également à leur poste à l’AS Bakaridjan de Barouéli et à Lafia Club de Bamako (LC BA). Ces entraîneurs locaux ont été limogés par leur employeur pour être respectivement remplacés par Baye Ba et Abdoulaye Camara. Les raisons évoquées sont insuffisances de résultats.

Pour redresser la barre, le club de Barouéli a jeté son dévolu sur le champion d’Afrique et vice-champion du monde Cadets 2015 tandis que la formation de Bamako fait recours à son ancien entraîneur.

Mal en point, l’AS Bakaridjan occupe la 7e place avec 7points alors que le LC BA est dans la zone de relégation 6 points.  De son côté, le Stade malien de Bamako était 12e avec 7 points avant de gagner son match en retard de la 4e journée contre ASOM (3-0) pour remonter à la 10e place avec 10 points. Pour le moment, l’intérim est assuré par le reste du staff technique.

Alassane CISSOUMA

 

SUPER COUPE CAF: Et de 8 pour Aliou Dieng et ses partenaires

Al Ahly d’Egypte a remporté, le mercredi, la Super Coupe 2021 de la Caf après avoir battu, à Doha au Qatar, le Raja de Casablanca (6-5) lors d’une spectaculaire séance de tirs au but après un match nul 1-1 dans le temps réglementaire. C’est la 8e Super Coupe du club de l’international milieu Aigle, Aliou Dieng.

Vainqueur de la Ligue des Champions, Al Ahly a confirmé sa suprématie dans ce match face à l’équipe victorieuse de la Coupe de la Confédération. Menés au score sur un but contre son camp, les Egyptiens ont réagi en toute fin du match pour rétablir la parité avant de s’imposer lors des tirs au but face au club marocain.

Avec cette victoire de 6 tab à 5, les Diables Rouges conservent non seulement le trophée pour l’avoir gagné la saison passée mais portent également à 8 le nombre de Super Coupe glanée. Un trophée de plus qui donne de la côte à Dieng à quelques jours de l’officialisation de la liste des Aigles retenus pour la Can Cameroun 2022.

A.C.

 

BIENNALE COUPE DU MONDE: La Fifa fait croire à une poule aux œufs d’or

Réunie le lundi au Qatar afin de présenter plus précisément son projet de Coupe du monde tous les deux ans, la Fifa en a profité pour présenter ses arguments économiques. Et les montants annoncés laissent rêveur. De quoi convaincre les différentes fédérations nationales ?

Depuis plusieurs mois, le débat sur la possibilité d’organiser une Coupe du monde tous les deux ans divise très largement les différents acteurs du football. L’instance mondiale présidée par Gianni Infantino, ne cesse de clamer les bienfaits d’une telle réforme. En effet, lors de ce Sommet, la Fifa a profité de l’occasion pour présenter ses prédictions économiques. Des montants absolument démentiels aux allures de coup de pression ou encore à l’image d’une poule aux œufs d’or.

Ainsi, lors de ce «sommet» organisé à huis clos, la Fifa s’est engagée auprès des 211 fédérations, promettant à chacune le versement de 19 millions de dollars supplémentaires, soit environ 16,8 millions d’euros ! Des sommes qui seraient alors réparties sur quatre ans, à condition bien évidemment que ce projet de Mondial biennal voit le jour.

Pour argumenter ces chiffres de folie, l’instance internationale explique s’être basée sur une étude du cabinet Nielsen, qui a ainsi évalué les revenus supplémentaires du tournoi à 3,9 milliards d’euros sur quatre ans. En prenant en compte les différents bénéfices liés à la billetterie, aux droits TV ou encore au sponsoring, cette enquête, qui s’appuie par ailleurs sur le passage d’une Coupe du monde à 48 équipes (et non plus 32) à partir de 2026, a alors conclu que les recettes passeraient de 6,2 milliards d’euros à 10 milliards. «Parallèlement, l’étude d’OpenEconomics, centrée sur les perspectives macroéconomiques, a conclu que le passage à un cycle biennal pour la Coupe du Monde de la Fifa masculine entraînerait un gain de produit intérieur brut (PIB) de plus de 180 milliards sur une période de 16 ans, tout en générant deux millions d’emplois à temps plein», ajoute la Fifa. Sans toutefois révéler sa méthodologie.

Alassane, avec Footmercato

Source: Mali Tribune

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct