Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Burkina Faso : Une douzaine de personnes tuées, des dizaines de détenus libérés

Au Burkina Faso, des présumés djihadistes ont tendu, samedi, une embuscade qui a coûté la vie à, au moins une douzaine de personnes. Par ailleurs, plusieurs dizaines de détenus ont été libérés suite à un assaut contre une prison dans le Nord-Ouest. Cette information a été confirmée par le Gouvernement burkinabè à travers la Direction de la Communication et des Relations de la presse.

Au moins douze personnes ont trouvé la mort, samedi 7 mai, dans une embuscade tendue par des présumés djihadistes. L’assaut, qui a eu lieu dans le Nord du Burkina Faso, a coûté la vie à dix supplétifs de l’armée et deux civils. «Hier matin, un convoi de vivres escorté par des volontaires pour la défense de la patrie (VDP) a été la cible d’une embuscade, sur l’axe Dori-Gorgadji», a indiqué à l’AFP une source sécuritaire, déclare lenouvelafrik.com.

Toujours dans un rapport, du quotidien d’actualité sur l’Afrique noire et Maghreb, l’assaut, selon la source du journal, a coûté la vie «dix VDP et de deux civils, des commerçants». Dans nuit de samedi à dimanche, la maison d’arrêt et de correction de Nouna, chef-lieu de la province de la Kossi, située dans le Nord-Ouest du pays, a fait l’objet d’une attaque par des hommes armés. «Plusieurs dizaines de détenus ont été libérés suite à cette attaque contre la prison et plusieurs bureaux saccagés et des véhicules incendiés par les assaillants», relève Anadolu.

Des attaques qui continuent de mettre à mal l’armée de ce pays d’Afrique de l’Ouest pourtant dirigé par des militaires. Ces derniers ont pourtant justifié leur coup de force ayant renversé l’ancien Président Roch-Maroc Christian Kaboré par l’absence de résultats de ce dernier, face à la montée djihadiste. Des terroristes qui pourtant continuent de dicter leurs lois dans le pays et de plus belle encore. Car il ne se passe plus une semaine sans que le pays des hommes intègres ne subisse au moins un assaut meurtrier.

Pas plus tard que jeudi 5 mai dernier, deux militaires, cinq gendarmes et quatre supplétifs de l’armée ont perdu la vie au cours de deux attaques attribuées à des groupes terroristes. La première attaque a été menée contre une patrouille du détachement militaire de Sollé, dans la province du Loroumn et a coûté la vie à deux soldats et quatre volontaires pour la défense de la patrie. La seconde attaque perpétrée dans la province du Sanmatenga, au Centre-nord du pays, a été mortelle pour cinq éléments de l’Unité spéciale d’intervention de la gendarmerie nationale, indique le site d’information lenouvelafrik.com.

Dans son communiqué, la Direction de la Communication et des Relations presses a indiqué que « dans la nuit du samedi 7 mai au dimanche 8 mai 2022, la Maison d’Arret et de correction de Nouna, dans la province de la Kossi, a été la cible d’une attaque perpétrée par des hommes armés non identifiés ».

Ibrahim Djitteye

Source: LE PAYS

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct