Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Afghanistan: attaque meurtrière contre un complexe gouvernemental à Kaboul

Des hommes armés ont fait exploser une voiture piégée avant de prendre d’assaut un complexe gouvernemental lundi 24 décembre dans la capitale afghane, Kaboul. Il y aurait au moins 43 morts (dont les 4 assaillants) et 20 blessées, ce qui en fait l’une des offensives les plus meurtrières dans la capitale afghane depuis le début de l’année. Après plusieurs heures d’assaut, l’attaque s’est achevé à la mort des quatre assaillants selon le porte-parole du ministère de l’Intérieur afghan.

Au moins 43 personnes ont été tuées lundi à Kaboul dans l’explosion d’une voiture piégée suivie de l’attaque d’un complexe gouvernement, a annoncé un porte-parole du ministère afghan de l’Intérieur. D’après Najib Danish, 20 personnes ont aussi été blessées dans cet assaut qui a duré plusieurs heures et s’est achevé avec la mort des quatre assaillants, portant le bilan total à 29 morts.

Le complexe visé abrite les sièges du ministère des Travaux publics et du ministère du Travail et des Affaires sociales. Un bâtiment des services secrets afghans à proximité a lui aussi été pris pour cible.

Dans l’après-midi, un kamikaze a fait exploser sa voiture piégée puis des hommes armés ont investi le site tuant et blessant des fonctionnaires. Les assaillants ont pris en otage plusieurs dizaines de personnes. Il a fallu plusieurs heures aux forces de sécurité afghanes pour libérer les civils, étage par étage.

Selon un porte-parole du ministère de l’Intérieur, plus de 350 personnes ont pu être libérées. L’attaque n’a pas été revendiquée pour le moment.

Cette attaque intervient après une semaine tumultueuse pour Kaboul: l’annonce du retrait d’Afghanistan – toujours non confirmée officiellement – de la moitié des 14 000 militaires américains et la nomination dimanche de deux anciens des services secrets, à la défense et à l’intérieur, farouchement opposé aux talibans.

Donald Trump a décidé de sortir d’Afghanistan et va en fait torpiller ses propres négociateurs en annonçant, sans aucune consultation, qu’il retire 7 000 hommes il y a quelques jours. Le gouvernement de Kaboul est dos au mur parce qu’il craint d’être déstabilisé d’un point de vue sécuritaire. Et la réaction du président afghan va être de nommer deux durs très anti-talibans aux ministères de l’Intérieur et de la Défense. Ce qui veut dire qu’on est là sur une ligne de rupture avec les Américains. Et le message d’Ashraf Ghani, très clairement, c’est de dire “vous ne pouvez pas négocier sans moi et je n’accepterais le deal que vous voulez m’imposer”.
Gilles Dorronsoroprofesseur de sciences politiques à Paris.
par Jelena Tomic
RFI
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct