Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Affaire des marchés illicites : Issa Sinayogo, un récidiviste de la diffamation, recadré par le Ministère en charge des Routes

La lettre de l’inspecteur du trésor Issa Sinayogo, secrétaire général de la section syndicale du Ministère des Transports et des Infrastructures, a eu l’effet d’une bombe tant il est valeureux de dénoncer des faits de malversations. Cependant, l’effet n’aura duré que le temps d’un nouveau soleil avec le démenti cinglant du Ministère en charge des routes et le rappel du passé récent de Issa Sinayogo.
Dans sa lettre, le fonctionnaire, qui interpellait le Premier ministre de la transition, dénonçait trois procédures de passation de marchés effectuées dans le département qui l’accueille et en demandait l’annulation pure et simple.
Les accusations étant suffisamment graves, la réaction du ministère était attendue et elle n’aura pas tardé. Dans une note rendue publique, le département fustige une « ignorance des procédures de passation des marchés publics, de fausses allégations, une désinformation et une manipulation de l’opinion publique ». Il rappelle que « les marchés auxquels M. Sinayogo fait allusion sont conformes au Décret n°2015-0604/P-RM du 25 septembre 2015, modifié, portant code des marchés publics et des délégations de service public. ». Le ministère, sinon ses services compétents ont immédiatement porté plainte contre le susnommé.
Cette plainte rappelle à nos souvenirs que le dénommé Issa Sinayogo n’en sera pas à sa première en justice. En effet, en Septembre 2020, il a été contraint de faire un séjour à la Maison d’arrêt central de Bamako pour « dénonciation calomnieuse et diffamation » contre les personnes du Secrétaire administratif et le trésorier général de l’UNTM de l’époque. En effet, dans une vidéo rendue publique sur les réseaux sociaux, Sinayoko avait accusé le sieur Issa Bengaly, secrétaire administratif, de connivence avec les terroristes et le sieur Aguibou Bouaré (actuel Président de la CNDH, NDRL), de s’être maintenu à son poste de trésorier général de l’UNTM après avoir démissionné pour prendre la direction de la CNDH. Devant se justifier devant le procureur de la Commune 3, il n’a pas pu apporter les preuves de son accusation.
Il reste à espérer que dans le cas de la présente accusation, Issa Sinanyoko, aura des éléments tangibles de preuves. A défaut, la justice malienne saura trancher.

La Rédaction

Source: Bamakonews

Leave a Reply

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct