Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

26 mars 1991- 26 mars 2021

 

  • 30 ans de torture démocratique, de trahison et d’incompréhension
  • Des acteurs sociopolitiques se prononcent

26 Mars 1991, 26 Mars 2021, exactement 30 ans de cela que les Maliens se sont opposés au régime dictatorial de feu Moussa Traoré. Après trois décennies, que retenir de la lutte pour la liberté au sens large ?

Pour donner un sens à cet évènement anniversaire, un espace commémoratif d’expression sur le trentenaire de la démocratie malienne a été organisé par Renouveau TV, Mali Plume et la Maison de la presse avec comme thème: « Regards croisés des acteurs et témoins sur les acquis, défis et perspectives ».

En effet, la date 26 Mars 1991 est rentrée dans l’histoire du Mali et du monde entier. Cette date, considérée comme la fin du règne d’un homme, Moussa Traoré, que certains qualifient de dictateur et l’avènement de la démocratie pluraliste est désormais célébrée.

Il y a 30 ans que la population malienne a accédé à la liberté démocratique, à la liberté d’opinion, à la liberté d’association, liberté de penser, liberté de militer dans un parti politique après une lutte sans merci contre la dictature de l’ancien président Moussa Traoré.

Pour dresser le bilan des trente années, Renouveau TV, Mali Plume et la Maison de la presse ont réuni les acteurs du mouvement démocratique autour d’un débat afin de dresser le bilan des 30 ans d’exercice démocratique.

Deux panels ont été animés. Le premier était animé par les acteurs de la société civile. Ce panel est présenté sous l’angle du bilan des actions des organisations de la société civile durant les 30 ans de démocratie. Il est animé par Bandiougou Danté Président de la maison de la presse, Mohamed Chérif HAIDARA président du Conseil Supérieur de la Diaspora, Adam DICKO présidente de l’AJCAD et Mme DEMBELLE Oulématou SOW présidente de la CAFO. Les panélistes ont unanimement trouvé que le bilan après 30 ans d’exercice de la démocratie n’est pas satisfaisant.

Le second, qui était politique, a été animé par Dr Choguel MAIGA, Président du MPR, de Moustapha DICKO de l’ADEMA et de Tièbilé Dramé, président du PARENA. Ces panélistes politiques ont aussi démontré que le bilan n’est pas fameux.

De manière unanime, de part et d’autre, les acteurs sociopolitiques reconnaissent un bilan mitigé même si l’éveil de conscience continue son cours. Cependant, ont-ils souligné la nécessité de préserver les acquis de cette lutte de 1991.

  • Des politiques se prononcent

Housseini Amion Guindo du parti CODEM : “Nous sommes aujourd’hui – malgré les imperfections – libres de nous exprimer’’

« En cette journée commémorative de l’avènement de la démocratie dans notre pays, il me plaît de saluer les acteurs du mouvement démocratique pour le sacrifice consenti enfin que nous soyons là aujourd’hui.

Nous sommes aujourd’hui – malgré les imperfections – libres de nous exprimer, d’avoir des opinions différentes, de nous réunir, de défendre nos idées au sein de partis et mouvements politiques et de décider librement de nos représentants jusqu’au niveau local grâce à la décentralisation.

Deux coups d’État et de nombreuses crises, notamment celle de la confiance entre le peuple et les politiques en 30 ans, sont synonymes pour nous de malaise démocratique.

Sans jeter le bébé avec l’eau du bain, nous pensons qu’il est temps de réhabiliter la politique dans notre pays.

Il y a encore du chemin à faire. C’est ensemble, par les bons choix, par la participation de tous et de toutes à la vie démocratique, que nous réussirons à asseoir dans notre pays une vraie démocratie adaptée à nos principes, nos valeurs et nos réalités. Notre pays s’en sortira si nous nous rassemblons autour de l’essentiel, le Mali. »

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Moussa Mara du parti « Yelema » : “Nous devons approfondir la démocratie et corriger les faiblesses’’

 

« 26 Mars 1991-26 Mars 2021 : 30 ans que notre pays vit une démocratie multipartiste et une ère de liberté incontestable. Cette période s’est aussi traduite par des réalisations importantes qui ont amélioré de manière significative les conditions de vie de nos compatriotes.

Nous devons approfondir la démocratie et corriger les faiblesses dont elle souffre dans notre pays afin que les 30 prochaines années soient encore plus productives pour les Maliens ! »

Source: Le Combat

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct