Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Sans Tabou: dialogue avec des terroristes, tentative désespérée et désespérante

A la suite de l’ancien président Ibrahim Boubacar KEÏTA, la transition a également décidé de l’ouverture de négociations avec des chefs terroristes maliens, à savoir Amadou Kouffa et Iyad Ag Ghali. Si l’objectif de cette démarche est de parvenir à une paix et la stabilité, ce qui intrigue c’est de quoi va-t-il être question avec des responsables terroristes qui ne veulent que l’application de la Charia dans un pays laïc. Encore, le Mali a décidé d’ouvrir les discussions avec des chefs terroristes comme prévue d’abord par la Conférence d’Entente nationale ensuite par le Dialogue national inclusif (DNI). En effet, ces deux rencontres ont recommandé à l’Etat de discuter avec Iyad et Kouffa, deux Maliens radicalisés dans le terrorisme.

L’objectif de cette démarche est trouver une approche pour mettre fin à la guerre, aux tueries au nord et au centre du pays, alors que l’initiative militaire peine à ramener la stabilité et la paix au Mali. Ce, malgré la présence de milliers de soldats appartenant à Barkhane, à la force conjointe du G5 Sahel, à Takuba en plus de l’armée nationale du Mali.
Au regard de l’enlisement des opérations militaires, explorer d’autres voies de sortie de crise, en ouvrant le dialogue avec des terroristes, n’est pour autant pas sans susciter des interrogations légitimes. De quoi l’Etat, à travers le Haut conseil islamique, va-t-il discuter avec ces terroristes ? Jusqu’où l’Etat va-t-il faire des concessions pour convaincre ces responsables d’abandonner leur projet d’application de la Charia au Mali ?
C’est un véritablement dilemme pour la transition sachant bien que Iyad et Kouffa font partie des principaux acteurs qui défient l’autorité de l’Etat et utilisent comme mode opératoire la terreur et les exécutions extrajudiciaires, les prises d’otages, les assassinats ciblés, rapportent plusieurs document d’enquête. Ces actes horribles, dont ils sont les auteurs, sont exécutés dans le seul but d’instaurer un changement de l’ordre social et politique au Mali.
La finalité, pour eux, est d’arracher l’application de la Charia dans le pays par tous les moyens. Surtout dans les zones qu’ils contrôlent, où dictent leur loi aux populations en interdisant certaines activités considérées, selon eux, comme prohibées par l’islam.
En continuant de tuer des Maliens civils comme militaires, ces chefs terroristes ne donnent pas la chance à ce qu’un véritable dialogue puisse se nouer avec les autorités politiques du pays. De même, ils ne cessent d’affirmer, à travers leurs soldats, que leur position sur l’application de la Charia est leur fil conducteur. Ce, alors que la ligne rouge de l’Etat malien, c’est le caractère laïc de la République…
A l’analyse, cette tentative désespérée et désespérante des autorités transitoires ressemble au soleil et à la lune, condamnés à un éternel rendez-vous manqué.

PAR SIKOU BAH

Source : Info-Matin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct