Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Restitution des résultats du PADES 2019 : Des acquis à conserver et élargir le programme à toutes les structures universitaires du Mali

La salle de conférence du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique (MESRS) a servi de cadre, le vendredi 17 mai 2019, sous la présidence du Ministre de tutelle, Pr Mahamadou Famanta, à la présentation des conclusions des experts de la Banque Mondiale sur l’évaluation 2019, du PADES (Projet d’appui au développement de l’enseignement supérieur, concernant quatre Instituts d’enseignement supérieur au Mali : L’Institut Polytechnique Rural de Katibougou (IPR/IFRA de Katibougou), l’Ecole National d’Ingénieurs (ENI), Université des sciences techniques et technologies de Bamako (Usttb), Université de Ségou. Etaient présents, le coordinateur du PADES, Pr Bakary Cissé, le Directeur général de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Pr Abdoulaye Salim Cissé, etc.

Comme les trois précédentes évaluations, l’évaluation de cette année a porté sur les deux grands indicateurs, la gouvernance institutionnelle  et  des  offres  de formation  de qualité, soutenus par une mobilisation de ressources  propres.  Selon  le chef d’équipe des  évaluateurs, Pr Abdoulaye Barry, l’analyse de ces deux  indicateurs  et  des  sept  résultats qui  y sont liés a porté d’abord sur la mise à  disposition par les IES (Institut d’Enseignement Supérieur)  de toute la  documentation requise à  l’exécution de leurs  contrats  de performance.  « Les  évaluateurs ont  accordé l’attention  nécessaire  au processus  ayant  conduit  aux résultats  obtenus. Ils  ont  enfin interrogé les  acteurs des IES  et leurs  partenaires  sur  leurs perceptions quant aux performances  des IES. Étant  donné  que  les  décaissements sont liés aux résultats  obtenus  par les IES, l’évaluation permet  aux évaluateurs  de proposer  la mise à la disposition  des  IES  les montants  indiqués  dans  le tableau ci-dessous, conformément  au protocole  de suivi  des indicateurs », a déclaré  le Pr Abdoulaye Barry.

Au sortir  de l’évaluation  qui tire  le PADES  vers sa fin,  des observations et recommandations ont été faites  par  les  évaluateurs  pour  améliorer  l’existent au sein des IES et l’élargir  à toutes  les IES du Mali.

A  l’adresse des IES, accroitre la présence  des partenaires du privé  au sein des  CA (conseil d’Administration) /CU (conseil d’Université) et poursuivre les démarches  auprès  du ministère  de tutelle  pour qu’il reconnaisse  leur contribution importante à la qualité de la formation et de la recherche  ainsi qu’à  l’ancrage des  institutions  dans la société. A cet effet, que le ministère  modifie les textes réglementaires  en conséquence ;  compléter  le Manuel de Procédures  existant en incluant une section qui  systématise  le processus d’élaboration des programmes et filières et qui s’inspire des meilleures  pratiques d’AQ. Le faire adopter par le CPS et le CA/CU ; Améliorer la communication interne afin de rejoindre toutes  les  composantes  de la communauté  académique  en diversifiant les modes  de communication  et en les  utilisant de manière régulière ;  Mettre en place un Service  ou une  Cellule  clairement  identifié  dans l’organigramme institutionnel, dédié aux partenariats avec les secteurs  privés et parapublics, ayant  comme mission l’augmentation du répertoire  des milieux de stage, du  bassin de  futurs  employeurs  des finalistes  et la croissance des ressources propres ; Valoriser  les  équipes  de recherche et les  laboratoires performants par l’implication et le soutien concret  du rectorat ou de la direction générale pour l’obtention de certifications  nationales  et  internationales ; Élaborer un plan de développement  de la recherche qui dresse l’état des lieux  et fait ressortir les forces et faiblesses  des  différents  secteurs afin de fournir un cadre qui établit les priorités, oriente les  activités et précise les moyens selon un échéancier ; associer étroitement les membres du CA/CU ainsi  que les différentes composantes  de la vie académique à la planification du prochain plan stratégique.

Au niveau  de  la formation, ils ont suggérer  se doter d’un plan de recrutement des enseignants pour combler les déficits actuels  et préparer la  relève. Ce plan de recrutement devra  servir  de base de négociation avec le ministère  de l’enseignement supérieur ; accroitre les investissements en matériel  et  équipements  de  laboratoires ; assurer la maintenance des équipements  et matériels par la présence de personnel qualifié ;  se doter d’une connexion internet de qualité au sein de l’ensemble des IES de manière à faciliter l’accès aux ressources documentaires à des fins d’enseignement  et de recherche ;  développer les bibliothèques physiques.

Au niveau  des  ressources  générées, l’équipe  des évaluateurs  a demandé  d’accroitre les perspectives  de  mobilisation  de ressources  propres  en prenant  davantage d’initiatives en direction des secteurs privé et  parapublic  par des propositions de plans  concrets  et attractifs (petites équipes dédiées, ressources performantes, retombées concrètes pour solutionner des préoccupations sociales et économiques, …); accorder une importance  particulière à la génération de ressources propres dans le prochain plan stratégique par la définition  d’actions prioritaires  devant faire l’objet  de plans d’affaires convaincants ; à  l’adresse du ministère  de tutelle  et de l’Unité de gestion du programme (UGP), etc.

Sur le plan  de  la Gouvernance, ils  ont  demandé  de revoir en profondeur  le processus  actuel d’habilitation  des  programmes afin  de le rendre  efficace  et efficient ; modifier  les  textes constitutifs  des  IES  dans  le but  d’accroître leur  autonomie  et  faire ressortir  les  spécificités  de chacune.

A rappeler  que  l’objectif  du  PADES  du Mali  est  d’améliorer  la pertinence  des  programmes d’enseignement  supérieur  sélectionnés  et  la  gestion  du système  d’enseignement  supérieur au Mali.

Le  Pr  Mahamadou  Famanta  a remercié  la Banque Mondiale  d’avoir  financé  ce projet, pris note de recommandations  formulées  et  de  s’engager  à tout  mettre  en  œuvre   pour  qu’il y ait d’autres Pades  financés  soit par la Banque  Mondiale ou autres  partenaires  de même  que  la   part de l’Etat malien, pour  rehausser  l’image  de  l’enseignement  supérieur  au Mali.

Hadama  B. Fofana

Source: Le Républicain

 

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct