Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Rap : LA TOUCHE DE MYLMO

Mahamadou Soumounou mylmo artiste chanteur rappeurMahamadou Soumou-nou, alias Mylmo, est issu d’une grande famille originaire de Nioro du Sahel, dans la région de Kayes. Troisième garçon des 12 enfants de Mady Coumba Soumounou et de Mantia Sambaly, Mylmo est né au Gabon il y a 28 ans lorsque ses parents y travaillaient. Il a commencé ses études dans une école coranique.
Au bout de deux ans, son père le fait transférer dans une école de culture française. C’est ainsi que Mahamadou Soumounou est admis directement en 3è année à l’école fondamentale de Missira. C’est là où il passe l’examen du Certificat d’Etude Primaire (CEP), un parchemin qui lui a ouvert les portes du second cycle de l’école fondamentale Daoudabougou.
Après l’obtention du DEF (Diplôme de fin d’Etudes Fondamentales), ce jeune est orienté au lycée Michel Allaire pour y poursuivre les études secondaires. Il y obtient son Baccalauréat en 2007 en série Langue Littérature Terminal (LLT) avec mention Assez Bien.
Mylmo passe le concours d’entrée au Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté et opte pour les multimédias. En 2012, il passe avec succès (mention Très Bien) un Master 2. Dans sa famille, on l’appelle par son prénom Mahamadou et non par son surnom Mylmo qui n’existe pas dans le vocabulaire familial.
C’est à travers l’album
« Wilibali » en 2011 que le jeune musicien a été découvert par le public malien. Dans cet album, il traite des thèmes portant sur la société africaine, la vie quotidienne vécue, l’amour, parmi tant d’autres. Il fait du RAP, pas 100% Américain, mais dans un style qui s’inspire des valeurs du Mali. « J’ai apporté un nouveau concept RAMEUR c’est-à-dire du RAP au RAM (Rap moraliste) un RAP qui suscite l’éveil de conscience, qui construit », a assuré ce musicien en herbe.
Sa popularité s’explique par le fait que tout le monde se retrouve dans ses chansons, dans ses textes : il s’intéresse à tout le monde, notamment aux malades du Gabriel Touré qui n’arrivent pas à bénéficier de soins médicaux et aux pauvres. « Chacun se sent concerné : les petits enfants, les vieux sont tous réunis autour de Mylmo car, ils se retrouvent tous dans les chansons », a-t-il expliqué.
En démentant certaines rumeurs sur sa source d’inspiration, Mylmo qui signifie « dire milles mots à ses fans » a soutenu qu’il ne s’inspire pas de la consommation du cannabis (drogue), mais plutôt de la société, de sa vie quotidienne.
Il compte deux albums à son actif. Le premier se nomme « Wilibali » est paru en 2011. Et le second «Retour de Bandjougou» qui a été produit en 2014, est composé de 15 titres avec cinq featuring (chansons en duo).
Mahamadou Soumounou affirme que le RAP lui a tout donné, surtout de 2014 à 2015. Durant cette période, Mylmo a ravi la vedette, en enchaîna avec les concerts au Mali, au Burkina Faso, au Congo, en Côte d’Ivoire, en Mauritanie, aux Etats-Unis etc… Marié depuis septembre 2013 et père d’un garçon de 1ans et 8 mois, Mylmo consacre son passe-temps au « grin » et déteste les acculturés.
« Je pense être un exemple à suivre pour la jeunesse malienne car les autres comme Master Soumy, F2R etc… et moi, font passer de bons messages pour apporter notre contribution au développement du pays, encourager et sensibiliser les jeunes à travailler pour aller de l’avant, tout en évitant l’oisiveté », a-t-il déclaré.
Soungalo TRAORé

source : Essor

avatar
  Subscribe  
Notify of
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct