Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Niafunké, les habitants expriment leur ras-le-bol

Les consommateurs du cercle de Niafunké s’inquiètent de la hausse du prix de certains produits dans la ville. Selon notre correspondant sur place, Ousmane dit Demba Yattara, le sac de 100 kg de mil est actuellement cédé à 40 000 F CFA contre 20 000 F CFA il y a quelques mois. Une première dans le cercle depuis une décennie. Outre le mil, le prix du riz a aussi grimpé, le sac de 100kg de riz paddy (soit environ 50Kg de riz décortiqué) est passé de 10 000 à 15 000 F CFA. Pour le mil étant un produit importé, les consommateurs peuvent comprendre mais le riz est différent car Niafunké est aujourd’hui le grenier de la 6e région, Tombouctou.

 

Comment expliquer cette hausse ? Les revendeurs l’imputent aux sanctions de la Cedeao à l’encontre de notre pays. Mais au-delà, les revendeurs et les acteurs agricoles n’ont-ils pas leur part de responsabilité ? La question mérite d’être posée pour une ville agricole par excellence dont les potentialités agricoles sont inestimables.

S’agissant du mil, lors de la deuxième session de l’Assemblée générale de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (Ccim) tenue à Ségou le 17 mars dernier, le président Youssouf Bathily avait annoncé l’approvisionnement correct du pays en denrées de première nécessité, le maintien des prix à un niveau raisonnable. Mais hélas rien de concret à Niafunké. En attendant une réaction, notre reporter fait savoir que Niafunké souffre en ce mois de ramadan. Les dépenses se sont multipliées par 2 voire 3 alors que les revenus n’ont connu aucune augmentation. Il arrive même souvent que des chefs de famille s’endettent pour faire face aux dépenses du mois de ramadan. « A l’allure où vont les choses, le mois d’août s’annonce difficile pour les populations pour qui connait bien Niafunké », s’inquiète-t-il.

 

Niafunké : Dialoguer pour s’entendre

Face à la multiplication de conflits entre agriculteurs, propriétaires terriens et éleveurs, une rencontre de conciliation a été organisée par le maire de l’arrondissement central de Niafunké, Samba Bah en vue de pouvoir ramener l’accalmie et la paix entre les cohabitants. Dans les discussions, il est ressorti que le manque de justice est à la base de plusieurs différends. Pour éviter des dépenses inutiles à travers des procédures judiciaires interminables, les participants ont été exhortés à tenir le langage de la vérité afin de permettre aux futures générations de vivre en paix. C’est ainsi que ceux qui ont hérité des terres de leurs parents et qui ont cédé des parcelles à d’autres personnes ont reconnu qu’ils ne maîtrisaient pas la délimitation de leurs terres. Dans leur volonté de faire la paix, une Commission a été créée sur place qui était censée se rendre sur les lieux le lundi afin de délimiter chaque zone et éviter à l’avenir des mêlées entre éleveurs, agriculteurs et propriétaires terriens.

Source : Mali Tribune

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct