Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Médias et conflits sociaux : UNIVERSITAIRES ET PRATICIENS PORTENT LA RÉFLEXION

Le Colloque international Bamako 2019 s’est tenu du 1er au 2 mai au Mémorial Modibo Keita. Ce rendez-vous du donner et du recevoir a été organisé par l’École supérieure de journalisme et des sciences de communication (ESJSC), en partenariat avec l’ambassade du Canada dans notre pays, sur le thème : « Communication, médias et conflits sociaux. Regards multidisciplinaires ».

L’objectif de la rencontre était de clarifier les liens entre la communication et les médias, puis d’aborder les conflits sociaux et les crises dans le contexte africain, voire international.
La cérémonie d’ouverture était présidée par le secrétaire général du ministère de l’Éducation nationale, Kinane Ag Gadeda, en présence de son collègue du département de l’Économie numérique et de la Communication, Cheick Oumar Maïga, de l’ambassadeur du Canada, Louis Verret, et du directeur général de (ESJSC), Pr Alassane Diakité. Y étaient aussi des étudiants et des chercheurs venus du Canada, du Brésil et d’autres pays africains, notamment la Guinée, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Gabon, le Cameroun.
Plusieurs communications ont porté sur le contexte de la crise avec des sous- thèmes comme : « Medias et conflits dans la guerre au Mali », « Addiction aux TIC et aux conflits familiaux », « Communication pour la divergence et ou la convergence sociale » et « Identités, appartenances, sociabilités et conflits dans la Samba de Bezerra de Silva ». Des experts ont apporté des éclaircissements sur l’ensemble de ces problématiques.
« Je suis personnellement satisfait de voir mobiliser des éminents chercheurs venus du Mali et d’ailleurs. L’intérêt et l’importance des médias dans la résolution et une meilleure compréhension des enjeux pour l’atteinte d’une paix sociale n’est plus à démontrer», a expliqué Kinane Ag Gadeda.
Il a aussi rappelé que l’intérêt pour les travaux de recherche sur la relation entre médias et conflits permettra de mieux apprécier le rôle de la presse dans les différents conflits auxquels nos sociétés peuvent être confrontées.
Ce forum est donc un espace scientifique dont les objectifs pédagogiques s’appuient sur la réflexion théorique et les expériences pratiques. « En ce sens, vous faites œuvre d’éducation », a souligné le secrétaire général du ministère de l’Éducation nationale qui s’est dit convaincu que ces communications auront une résonance nationale et capitale pour notre pays, voire le monde. Le directeur de l’ESJSC a exprimé sa satisfaction de voir ce colloque international se tenir. Tout en saluant le choix porté sur son établissement, il a rappelé que la présente édition est le prolongement de celle de 2016 qui avait comme thème : « Crise, conflits et communication publique. Tendances récurrentes ou enjeux nouveaux ». Le thème choisi entend éveiller la conscience des décideurs et du grand public, a soutenu le directeur général de l’établissement de formation des journalistes. Quant au représentant du comité d’organisation, il a mis l’accent sur l’importance de la communication faite par les Africains eux-mêmes. Il a rappelé que pendant très longtemps, la production de connaissances sur les réalités africaines était faite par des étrangers qui ignoraient radicalement les perspectives des Africains. L’initiative de ce colloque international prend racine dans une volonté des chercheurs, universitaires et praticiens africains en vue de s’approprier de l’analyse des réalités de notre continent à partir des perspectives.
« C’est un plaisir de soutenir ce type d’échanges, rassemblant des universitaires et des praticiens pour réfléchir sur les enjeux de l’information et de la communication dans les sociétés en conflit dans l’optique de contribuer à désamorcer ou prévenir les conflits, grâce à une utilisation idoine des médias», a indiqué le diplomate canadien. Pour lui, ce colloque est une occasion à l’orée de la Journée internationale de la presse de jeter un regard critique sur l’utilisation des différents types de médias. « Mon pays accorde une grande valeur à la liberté d’expression et celle de la presse puisque ce sont les piliers de toutes les démocraties », a soutenu l’ambassadeur.
Tiona Mathieu Koné a animé la conférence inaugurale pour décliner les problématiques de la crise malienne. Il a évoqué les causes profondes qui ont engendré la crise avant de s’interroger sur la gestion et les perspectives du contexte actuel de notre environnement social. Quant au secrétaire général du département de l’Économie numérique et de la Communication, il a expliqué que la crise est due au déficit de communication. Il a donné l’exemple des pays d’Afrique centrale sur le manque de communication qui serait à la base de plusieurs conflits sociaux dans cette partie du continent. Pour ce grand expert de la communication, la question est de savoir qu’est-ce que nous avons fait pour ne pas en arriver là ?
Amadou SOW

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct