Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Le jeune Seïba abattu par un policier à Kayes : Bavure ou méchanceté ?

Hier, dans la nuit du lundi au mardi, un policier tue de deux balles dans la poitrine un adolescent âgé de moins de 18 ans, selon ses proches. Le garçon est décédé sur-le-champ. Les images de cette scène qui ont fait le tour des réseaux sociaux étaient  insoutenables à voir. Dans la foulée,  ledit policier a été lynché par la foule et les images étaient insupportables à voir tellement qu’il a été cabossé.  Mais il a échappé au pire, et a été placé en garde à vue.

Selon les informations divulguées, le petit garçon dénommé Seïba Temboura était sur sa moto après avoir accompli sa mission qui était une dépêche de son père. Une fois arrivé au niveau de la villa Can de Kayes, l’homme en uniforme lui fait signe de s’arrêter. Le petit s’exécute et s’arrête. Le policier sans aucun motif sort son arme et tire à bout portant sur ce dernier. Aussitôt, le lieu se remplit de monde et la foule en rage se déchaîne sur l’auteur du tir jusqu’au sang. Il a été tellement lynché que son visage s’est défiguré. N’eût été la chance, cette chance que Seiba n’a pas eu, le policier serait déjà sous terre actuellement. Toutefois, les kayisiens n’en décolèrent pas. Quelques heures plus tard, ils incendient le bâtiment de la police qui est aujourd’hui sous  cendres. La haine a pris le dessous et seule la vengeance primait pour la jeunesse de la première région.

Ainsi, le directeur de la police Nationale très affolé s’est rendu sur place pour essayer d’apaiser les esprits. Il s’est  fait garant du sort que devrait subir le policier. C’est-à-dire mis aux arrêts, et faire en sorte qu’il moisisse en prison jusqu’à la fin de sa  vie. Et que justice sera rendue.

Puis, c’est au tour du gouverneur Mamadou Z Sidibé de sortir pour manifester son désarroi et son indignation vis-à-vis de cet acte ignoble. Il demande dans sa déclaration aux parents du défunt et à la population de reprendre leur sang-froid. Pour lui,  la police  ne se reconnaît pas du tout en cet homme qui n’est autre qu’un meurtrier. Inquiet et ému, dans une vidéo il essaye bien que mal de donner des explications pour persuader la population de sa bonne foi, lui et les hommes en uniformes. Qu’ils ne sont nullement responsables des actes posés par un  meurtrier et qu’il est seul responsable. Et à Mamadou Z de relever que l’individu travaille dans les renseignements généraux et non dans la police donc, il n’a rien à avoir avec les policiers. Ainsi, les hommes en uniforme sont à Kayes pour leur protection. Et que la personne incriminée sera sanctionnée à hauteur de son acte.

Selon le gouverneur, le ministre de la Sécurité Salif Traoré a décrété quatre officiers de son ministère d’inspection pour des enquêtes rapides sur les faits qui se sont déroulés.

Mais pour l’instant à cause de la vive tension qui nourrit les Kayisiens,  ils ont préféré rester à l’aéroport. Or ils sont à Kayes uniquement pour accomplir leur mission sur l’affaire, faire ce qu’ils ont à faire et retourner de suite. Pour finir, Mamadou Z implore les parents du jeune homme et la population de Kayes de baisser la tension et que les autorités maliennes sont avec eux.

D’après des informations, il semblerait que ce fameux  policier en question à son domicile près de la maison du garçon et que l’acte qu’il a commis relève d’un règlement de compte.

Cela nous amène à nous demander comment font-ils les recrutements de jeunes policiers ou porteurs d’uniforme. Puisque les actes des policiers ces  derniers temps spolient l’univers de la police Nationale du Mali. Ils sont même qualifiés de drogués.

Affaire à suivre

Lansine Coulibaly

 

Source: Le Combat

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct