Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Kigali balaie les critiques sur son mode de gouvernance

Après la visite officielle de Paul Kagame en France où il a été reçu par Emmanuel Macron, plusieurs organisations de défense des droits humains s’offusquent de l’état de la démocratie au Rwanda. Mais Kigali se défend.

“Effectivement, le Rwanda a une Constitution assez restrictive ” (Jean-Paul Kimonyo, conseiller spécial de Paul Kagame)

Mercredi, Emmanuel Macron a annoncé  le soutien de la France à la candidature de la ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Louise Mushikiwabo, à la tête de l’Organisation internationale de la francophonie. Ce soutien survient en pleine critique sur les méthodes de gouvernance de Paul Kagame.

Pour ces voix critiques, en recevant le président rwandais à l’Élysée, Emmanuel Macron nie les multiples violations des droits de l’Homme imputées au régime de Kigali.

Selon le  président de la  FIDH, la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme, Florent Geel, “la France doit plutôt défendre les valeurs de démocratie, de respect des droits humains et non apporter son soutien à des régimes autoritaires comme celui de Kigali.”

“Effectivement, le Rwanda a une Constitution assez restrictive en ce qui concerne le jeu politique et politicien. C’est une Constitution qui dérive du génocide. Il y a une sorte de limitation”, admet le politologue rwandais Jean-Paul Kimonyo, qui est aussi conseiller spécial de Paul Kagame qui a publié en novembre 2017 aux éditions Karthala un ouvrage intitulé “Rwanda demain”.

Prisonniers politiques

Pourtant, le modèle économique rwandais est pris en exemple sur le continent africain et même au-delà. Des avancées qui sont écornées par la détention de plusieurs personnalités politiques. Parmi elles, l’opposante Victoire Ingabire, condamnée en 2013 à 15 ans de prison ferme. Une autre, Diane Shima Rwigara, se trouve elle aussi en prison, dans l’attente de son procès.

“Certains des acteurs dont vous parlez sont des acteurs qui voulaient faire reculer le Rwanda. On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Si le Rwanda était honoré par l’élection de sa ministre des Affaires étrangères à la tête de la Francophonie, je pense justement que les gens qui feraient ce choix-là seront suffisamment clairvoyants pour voir qu’effectivement il y a un processus démocratique au Rwanda qui répond aux objectifs de sa population”, se justifieJean-Paul Kimonyo.

Le génocide des Tutsi de 1994 a causé la mort de près de 800.000 personnes et de nombreux refugiés vivent hors de leur pays, notamment des Hutus. Pourraient-ils rentrer sans être inquiétés ?

“Tout le monde a le droit de rentrer au Rwanda. Il y a des opposants qui sont au Rwanda même. Maintenant, si les gens viennent avec des visées sectaires et divisionnistes, ils vont faire face à la force de la loi”, rétorque le conseiller spécial de Paul Kagame.

Au terme de son séjour en France, le président Kagame a lancé une invitation à son homologue français. “Le président Macron serait le bienvenu au Rwanda”, a déclaré la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, dans des propos repris par nos confrères de l’AFP.  “S’il venait, bien sûr ce serait un bon geste, un geste important”, a ajouté Mme Mushikiwabo.

Deutsche Welle

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct