Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Jeunesse : les intentions suicidaires de Gousno

Battu à plate-couture à l’élection du Président du CNJ, Ousmane Diarra-Gousno semble dans son entêtement, investi, malgré les recadrages subis, dans un jusqu’au-boutisme sauvage, affublé de fougue et d’insolence.

Dans une lettre qu’il veut ouverte, adressée au ministre de la Jeunesse et des Sports, truffée de fautes, digne d’un devoir de collégien, Ousmane Diarra, candidat malheureux, prétendant alors à la tête du CNJ, avant de connaitre un coup de massue électorale, va plus égaré que jamais.

Contradictoire avec lui-même, le jeune prétentieux qui s’adresse à un ministre de la République dans un ton irrespectueux, soutient que le CNJ étant une organisation de la société civile, ne relève pas du ministère de la Jeunesse. A la limite, que le CNJ n’est pas rattaché à ce ministère : quelle fable ! Et, paradoxalement, dans son délire, Gousno implore, de façon à peine voilée, les services du même ministre afin que ce dernier fasse un coup d’Etat électorale en sa faveur. Et que c’est seulement à cela que la Jeunesse malienne sera reconnaissante à ce haut responsable dont il vante sans vouloir en réalité, le mérite d’avoir mis fin à la crise qui secouait le football malien. Bel exemple n’est-ce pas ?

Lorsqu’on dit aux outrecuidants de remuer leur langue sept fois dans la bouche avant de parler, c’est parce qu’on sait qu’ils ignorent le phénomène de la bouche de l’homme qui brûle davantage que le feu. Sinon, au nom de quoi, un cancre à la trempe de Gousno peut-il se targuer d’avoir le monopole de l’insolence, juste parce que le respect du choix majoritaire a prévalu dans une élection ?

Tout allait être acceptable venant de lui si les choses s’étaient passées dans un flou. Or, à Koutiala où l’élection a lieu, Ousmane Diarra a été le premier des candidats à fouler la salle. La question que bon nombre de témoins se pose c’est pourquoi a-t-il appelé au boycott en pleine opération électorale ? Depuis quand un vainqueur boycotte un scrutin libre ?

Bref retour aux faits: 190 des 197 délégués habilités à élire le Président du CNJ ont effectué le déplacement à Koutiala le 28 novembre dernier. Au tableau, onze (11) candidats sont déclarés.

À la grande surprise de tous, Gousno sentant l’atmosphère défavorable à lui, appelle deux autres candidats à le suivre dans son projet de boycott des opérations.

En face, le reste, notamment les huits candidats décident de suivre le processus jusqu’au bout. Du coup, les huits candidats portent leur choix sur le jeune Amadou Diallo qui est parvenu à les fédérer autour d’un idéal : l’unité de la jeunesse malienne.

En conséquence, le comptage avec célérité a donné 135 voix sur les190 présentes, au seul Amadou Diallo, immédiatement investi président. Et alors que veut Ousmane Diarra ?

Qu’on ne se limite pas au récent laminage flagrant que le face-à-face avec le jeune Mahamane sur Klédu a fait endurer Gousno, si la honte a de sens chez lui, il a entendu de ses propres oreilles l’attitude prémonitoire des jeunes maliens à Koutiala, hostiles à l’élection d’un repris de juste au grand dam des plus vertueux et méritants.

Mamadou Fanguiedou Cissé, Commune I

Source: Autre Presse

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct