Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Front social : fin de la grève des enseignants

Après plus de cinq mois de perturbation de l’année scolaire par des sorties intempestives, les syndicats enseignants signataires du 15 octobre 2016 ont accepté de suspendre leur mot d’ordre de grève, à l’issue d’âpres négociations. Le procès-verbal de conciliation entre enseignants, gouvernement et commission de conciliation a été signé, ce samedi 18 mai, dans les locaux du ministère de l’Éducation nationale.

Au total, dix points de revendication étaient sur la table du gouvernement. Parmi ces dix points, huit ont été accordés entre les parties, un point concédé et un accord partiel.

À la signature de ce procès de conciliation, on notait la présence de M. Issaja Traoré, président de la commission de conciliation ; M. Adama Fomba, porte-parole des syndicats enseignants signataires. On y notait également la présence des ministres Yaya Sangaré de la Communication et porte-parole du gouvernement ; Moussa Boubacar Bah (ministre délégué auprès du ministre de l’Éducation nationale) ; Oumar Hamadoun Dicko (du Dialogue social, du travail et de la fonction publique et du Dr Témorè Tioulenta (Éducation nationale).

Après avoir signé le procès-verbal de conciliation, les syndicats enseignants signataires se sont dirigés vers la Maison des enseignants où ils ont fait une déclaration officielle de suspendre de leur mot d’ordre de grève sur toute l’étendue du territoire national, à partir de ce lundi 20 mai.

La lecture de la déclaration a été faite par M. Adama Fomba, porte-parole des syndicats signataires du 15 octobre 2016 au nom de l’ensemble des enseignants. Dans cette déclaration, le porte-parole a informé que les syndicats de l’éducation ont décidé de suspendre leur mot d’ordre de grève sans aucune pression. Ensuite, M. Adama Fomba a, au nom des syndicats, invité leurs militantes et militants à reprendre les cours dès ce lundi 20 mai 2019 à partir de 7 h30 minutes.

M. Adama Fomba a fait savoir que les avancées enregistrées au cours des négociations entre les parties (gouvernement et syndicats) ont motivé la suspension de leur mot d’ordre de grève. Sur le sort réservé à l’année scolaire en cours, le porte-parole des syndicats de l’éducation a indiqué, cela dépend de la responsabilité de l’État. Parce que selon lui, les enseignants sont les partenaires du gouvernement.

M. Fomba a rassuré qu’au moment où le mot d’ordre de grève est levé, les enseignants reprennent les cours sur toute l’étendue du territoire national. Ensuite, il a fait savoir que les enseignants ne sont pas encore dans les secrets du ministère de l’Éducation nationale pour faire des commentaires sur le sort de l’année.

Pour lui, si le gouvernement du Mali demande l’accompagnement des enseignements dans certaines mesures, les syndicats des enseignants vont analyser leur proposition. Selon le porte-parole, cette analyse sera faite sur la faisabilité. Parce qu’il ne s’agit pas d’avoir la volonté de faire quelque chose, mais de mesurer tous les contours.

Pour rappel, sur les 10 points de revendication, on enregistre huit points d’accord total, un accord partiel (le points7) et un e point qui a été concédé par les syndicats (la relecture immédiate du décret n° 529/P-RM du 21 juin 2013, portant allocation d’indemnités au personnel chargé des examens et concours professionnels en ses articles 1,2 et 3).

PAR SABA BALLO

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct