Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Désobéissance civile: la CMAS se désolidarise du M5

La désobéissance civile du M5-RFP a repris hier lundi à Bamako et dans plusieurs localités du pays sans les partisans de l’imam Mahmoud DICKO. Ils affirment se désolidariser de toute action de va-t’en guerre, à travers leur coordinateur Issa Kaou DJIM. Cette déclaration a été jugée comme un non-événement par Tahirou BAH, membre de la jeunesse M5.

 

Lors de l’assemblée générale du dimanche 2 août 2020, la jeunesse du Mouvement du 5 juin rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), à travers sa branche combattante, a sonné la mobilisation pour la reprise de la désobéissance civile hier lundi. Le mot d’ordre était de paralyser l’administration publique, de perturber la circulation, entre autres. Si de façon générale, la manifestation n’a pas été une grande réussite conformément à leur programme, en commune V notamment, les jeunes ont pu empêcher certains services de fonctionner.
Depuis le début de la mobilisation contre le pouvoir, les activités ont été menées avec l’ensemble des composantes du M5, cette fois, la tendance de l’imam Mahmoud DICKO dirigée par Issa Kaou DJIM a pris ses distances avec les autres en se désolidarisant de la désobéissance civile lancée ce 3 août 2020. Elle affirme qu’elle ne participera pas à cette manifestation pour préserver la stabilité dans le pays. L’information a été donnée par Issa Kaou DJIM lui-même, dans un post sur les réseaux sociaux.
« J’ai assumé tout ce que j’ai dit et fait. J’ai dit que nous allons sortir pour demander le départ d’IBK. Pour ce faire, je suis parti chercher EMK, FSD. Je ne suis pas un faux fuyant, mais je ne suis pas non plus va-t’en guerre. Vous pensez que c’est responsable qu’avec tous les problèmes qu’on a de faire sortir les gens pour aller casser, brûler les pneus. Non, je ne rentre pas dans ça. Je m’en tiens à ce que l’imam a dit. On ne va pas casser. On ne va pas détruire le pays et on ne soutient personne pour détruire ce pays. On peut être fort sans être violent. Je me désolidarise de toute sorte de violence. Ceux qui aujourd’hui crient pour la reprise de la désobéissance civile n’ont pas été victimes de certains événements. Il faut aller voir la famille des personnes tuées, ressentir leur douleur pour comprendre qu’il faut de la retenue. Et certains blessés avec 6 balles dans leur corps seront marqués à vie parce qu’ils ne seront jamais quelqu’un de normal. Je pense quand il y a un acquis, il faut le préserver et tu maintiens la pression pacifique et démocratique. Cela pour ne pas donner l’impression que nous ne sommes animés que la volonté de détruire le pays. Ça, il n’en est pas question. Je me désolidarise de toute forme de violence, par contre, je suis au-devant de toute décision de l’imam Dicko. Si telle est la décision de l’imam, en tant que coordinateur général de la CMAS, ma position ne changera pas. Non seulement on s’en tient à cette position et on la suit à 1000 % », a expliqué Issa Kaou DJIM dans une vidéo de quelques minutes.
Interrogé sur le sujet, Tahirou Bah, un jeune du mouvement réagit : « Tout ce qui ne vient pas du comité stratégique est un non-événement pour nous. La reprise de la désobéissance a été décidée façon collégiale. Et nous allons la respecter jusqu’au bout ». Et après leur ronde dans certains quartiers pour faire respecter la mesure, des jeunes du M5 se sont rendus au siège de la CMAS pour aller exprimer leur ras-le-bol aux responsables de ladite coordination.

Par Sikou BAH

Source : INFO-MATIN

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct