Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Des flammes aux fesses

La fourmilière de la corruption commence à se démanteler. La panique s’est généralisée et beaucoup de hauts responsables, à défaut de pouvoir quitter le pays, cherchent refuge auprès de leurs deniers remparts. Pour l’opinion nationale malienne, le premier acte du pôle économique et financier, depuis le régime d’Ibrahim Boubacar Keita, est assurément celui qu’il a posé dans cette affaire de Bakary Togola.

Avec l’avion présidentiel du Mali, plusieurs prix ont été annoncés et jamais des documents officiels n’ont pu être brandis après la sulfureuse révélation de nos confrères du « Le Sphinx » sur ce dossier et tant d’autres. Des personnes indexées (la plus part d’anciens ministres du 1er mandat d’IBK) répondront bientôt chez les soldats du Ministre Malick Coulibaly. D’ores et déjà, le Président de la République semblerait laisser la machine avancer. C’est une flamme judiciaire qui consume et il faut que Koulouba soit épargné. En serait-il ainsi ? Le Président de l’APCAM ne saurait être le bouc-émissaire d’un éventuel crime collectif.

Son ancien chef de cabinet, son ancien conseiller spécial, ou encore un ancien chef d’état-major général de l’armée iront bientôt devant le juge pour des questions que tout le monde sait. La terreur est à Bamako, de hautes personnalités commettent des fouineurs afin de connaitre l’ambiance secrète d’une justice qui dit ne s’intéresser qu’à des faits. C’est la débandade dans l’état-major de tous les présumés criminels économiques. Des hommes et des femmes que le temps et l’espace auront livrés au peuple meurtri. Les noms que le pôle économique détient, comme dans un film de tueur à gages, sont soulignés en toute discrétion. Par ordre d’arrivée et en fonction des dossiers, des personnes sont auditionnées et la suite peut dépendre.

Ces coups portés par la justice désorientent déjà dans la basse-cour de ceux qui se disent soutiens et membres de la majorité. Ils estiment que le Ministre Malick Coulibaly et tous les juges sont des membres de l’opposition. Le soutien à la justice, dans ce cas précis, est donc interdit sauf si vous êtes de l’opposition. Un appel à la mobilisation est même lancé par des omniscients qui savent tout de tout. Si IBK décide de poser des actes, qu’ils le suivent comme ils l’ont juré. Les frontières sont interdites à une série de personnalités que des enquêteurs estiment impliquées dans différents dossiers. Sous l’ère de l’actuel locataire de Koulouba, les intentions de lutter contre la corruption ont été exprimées à satiété. Cependant, les scandales n’ont fait que se multiplier et s’amplifier.

Source: Le Figaro du Mali

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct