Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Course au perchoir : Les raisons du désistement de l’honorable Diarrassouba

Des analystes politiques, observateurs avertis et des milliers de Maliens sont unanimes : l’homme des législatives de 2020 (pour avoir réussi à faire élire 4 députés RPM en plus de lui, 5 au total), l’honorable Mamadou Diarra, est l’homme idéal pour la présidence de l’Assemble nationale. Mais, pas pour IBK.

 

Rassembleur et bâtisseur, son expérience et sa légitimité politique font de lui le meilleur au Perchoir. Avec lui, tout le monde se retrouve  autour de l’essentiel : le Mali. C’est fort de cela qu’il a été désigné par l’ensemble des membres du bureau politique national du parti Rassemblement pour le Mali (RPM) comme candidat officiel pour le perchoir.

Mais, curieusement et on sait pour quel dessein, le Président de la République IBK (Président-fondateur du parti) est allé à l’encontre de cette décision. Il a choisi Moussa Timbiné pour occuper la Présidence de l’Assemblée nationale. Après avoir contraint l’Adema à ne pas présenter de candidat, IBK s’est investi personnellement pour faire respecter son choix. Avant-hier, lundi 11 mai, lors de l’élection à la Présidence de l’Assemblée nationale, il y avait trois candidatures en lice : Moussa Timbiné (le choix d’IBK), Mamadou Diarrassouba (le candidat officiel RPM) et Moussa Mara. Une suspension a été demandée par l’élu de Djenné, Me Baber Gano (SG du RPM) et Mohamed Ag Assarid (élu Adema Gao), afin que la majorité présidentielle puisse se réunir pour trouver un candidat unique. Selon des indiscrétions, lors de leur réunion, IBK a appelé au téléphone pour insister sur le choix de son candidat. Au regard de la situation qui est devenue très tendue, le très sage Mamadou Diarrassouba a décidé de retirer sa candidature.  Le retrait de sa candidature évite une crise institutionnelle. S’il avait fait un forcing contre le choix du Président, la cohabitation deviendra très difficile au sein du parti présidentiel d’une part, et au sein de la majorité présidentielle d’autre part. Toute chose qui qui amènera une crise institutionnelle avec des conséquences fâcheuses pour le bon fonctionnement de l’État. Sachant bien qu’il a la majorité, le bâtisseur et rassembleur Diarrassouba a mis l’intérêt supérieur de la nation au-dessus de tout. Décision ô combien sage ! Car vu la situation actuelle ou l’existence même du pays se trouve très menacé, il ne sert à rien d’aller à un bras de fer avec le Président de la République.

A.Touré

Le Démocrate

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct