Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

COMMUNIQUE DE PRESSE DU PRVM-FASOKO SUR LA SITUATION SÉCURITAIRE AU MALI

A la signature de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger en mai et juin 2015 entre le Gouvernement du Mali et des Mouvements armés du Nord, à savoir : la CMA, et la Plateforme, les maliens avaient ainsi cru au retour rapide de la Paix au Mali en général et en particulier dans le Nord du Mali.


Le constat fut cependant l’enlisement généralisé des mécanismes mis en place par toutes les parties : d’abord la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali a connu d’importantes difficultés dont certaines se sont révélées presque insurmontables.

C’est le cas des reformes devant viser les institutions via la Révision Constitutionnelle. Ensuite la confiance des populations et des maliens en général aux Forces Internationales présentes à nos côtés dans la lutte pour notre souveraineté territoriale a été gravement fragilisée par la recrudescence des violences contre les paisibles populations, des conflits inter et intra-communautaires, jadis méconnus au Mali, qui viennent exprimer la transposition de la crise du nord au centre.

On peut ajouter à cette liste de situations de blocage, les exactions massives et les graves violations des droits de l’homme visant des villages entiers et parfois des communautés entières sans qu’on arrive dans certains cas à situer la responsabilité ou l’origine des assaillants : en tout état de cause la détermination et l’engagement des Groupes Armés et des Djihadistes sont devenus indéniables.

Ogossago, Dioura, Sobane Da, Guiré, Boulkessi, Mondoro et récemment Indélimane sont illustratifs des douloureux assauts récurrents de ces Groupes Djihadistes Armés dans le Nord du Mali.

Ce chaos dramatique a ébranlé la conscience internationale. Les diverses opinions nationales qu’internationales relatives aux solutions de sortie de crise ont alors convergé vers l’impérieuse nécessité d’engager d’âpres luttes contre les Groupes Djihadistes. La catastrophe humanitaire qui accompagne ces attaques meurtrières djihadistes a également suscité la mise en place de nouvelles stratégies de lutte contre l’insécurité.

Le Gouvernement du Mali s’est ainsi rendu compte du peu d’impacts des importantes mesures d’apaisement prises dans le cadre de l’application de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger, dont la mise en œuvre des MOC, la mise en place des DDR accélérée, la mise en place des autorités intérimaires, la mise à disposition de fonds de développement, l’élaboration des lois relatives à l’organisation territoriale…

La montée de l’insécurité au Nord et au centre du pays a conduit le Président de la République à instruire l’organisation d’un Dialogue Politique Inclusif renommé Dialogue National Inclusif qui puisse permettre l’union sacrée des maliens autour des nombreux défis auxquels le pays se trouve sérieusement confronté.

Au total, Gouvernants et Gouvernés sont tous conscients de la gravité de la situation dans le pays. Quant au Président de la République, dans son allocution du 04 novembre 2019 adressée à la Nation, en conséquence aux attaques meurtrières d’Indélimane, il a ouvertement reconnu et rappelé que « nous sommes en guerre ». A cet effet, il a encore prôné l’urgence d’une union sacrée pour sortir victorieux de cette crise multidimensionnelle qui n’est pas seulement malienne mais mondiale.

Il a également instruit aux Chefs militaires l’élaboration urgente de nouvelles mesures opérationnelles au plan militaire devant permettre plus d’efficacité dans les offensives militaires qui doivent s’intensifier.

La réalisation de cette union sacrée pour le Président de la République passerait nécessairement par le Dialogue National Inclusif et le regroupement des maliens autour des Forces Armées de Défense et de Sécurité.

Le PRVM FASOKO ne peut aucunement rester silencieux et inactif devant ce constat amer. Après des journées de réflexion sur la grave situation sécuritaire, les analyses ont conclu aux recommandations suivantes :

– Nos partenaires ont considéré l’urgence de revisite des stratégies et mécanismes mises en place pour aider le Mali à sortir de la crise au Nord et au Centre. La France et l’Union Européenne envisage par exemple d’augmenter le nombre et la qualité de la représentation de leurs Forces de Défense et de Sécurité au Mali, tout en veillant aussi à la qualité de leurs équipements.

– Il est dès lors judicieux que les autorités politiques maliennes réadaptent aussi leur vision dans la recherche de solutions de sortie de crise :
· Dans cette perspective, comme le Président de la République lui-même avait indiqué dans son message à la Nation à l’occasion de la fête de l’Indépendance de 2019, la relecture de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger est devenue un impératif majeur. Cette revisite de l’Accord permettra bien l’élaboration d’un document inclusif et national qui ne pourra heurter aucune sensibilité nationale dans la mesure où il sera le produit de débats nationaux et inclusifs ;
· Pour atteindre cet objectif majeur, la participation de toutes les forces vives de la Nation au Dialogue National Inclusif s’impose en exigence ;
· Le PRVM FASOKO invite dès lors le Président de la République lui-même à s’investir davantage pour l’effectivité de cette participation de toutes les couches sociales et des forces politiques. Il est de son devoir également d’assurer les maliens de sa volonté ferme de mettre en œuvre les conclusions dudit Dialogue. Le Gouvernement à son tour s’effacera avec souplesse dans l’organisation dudit Dialogue qui devrait bien permettre la constitution d’un bloc national véritable face aux défis redoutables. La responsabilité politique devant l’histoire sera ainsi collective.

– La Lutte contre l’insécurité doit être envisagée dans la logique de nos propres moyens.
· Le PRVM FASOKO est tout à fait disposé à la mise en place de contributions citoyennes qui renforceront les soutiens financiers de l’Etat à nos Forces de Défense et de Sécurité ;
· Ce geste symbolique des citoyens sera en soi la meilleure expression du soutien national à l’Armée. Il est important que les Forces de Défense et de Sécurité soient regroupées au sein d’un même Département Ministériel, ce qui marquera une solidarité grandissante et une coordination harmonieuse entre nos forces, contrairement à l’idée de division des différentes forces ;
· La protection des biens et des personnes est une compétence exclusive de l’Etat. Cette attribution ne doit aucunement faire l’objet de délégation : ce sont nos Forces de Défense et de Sécurité seules qui doivent se charger de la mise en œuvre de celle-ci sous l’autorité du Président de la République, Chef Suprême des Armées ;
· Le Renforcement de l’appareil judiciaire pénal doit être poursuivi et sa contribution ne doit faire l’objet d’aucune concession politique ;
· L’évaluation de la mise en œuvre de l’état d’urgence est une nécessité dans la mesure ou cette mise en valeur fait parti intégrante des stratégies de Défense.

– Le Gouvernement en place étant le fruit d’un Accord Politique devra connaitre des changements substantiels à l’issue du Dialogue National Inclusif. Si la Défense de la patrie incombe à tous les maliens, force est de tenir compte de cette exigence dans la constitution du Gouvernement dont la composition doit refléter le sens des conclusions du Dialogue National Inclusif ;

– Le PRVM FASOKO salue et encourage les initiatives présidentielles et gouvernementales adoptées contre la corruption et l’enrichissement illicite. La mise en œuvre de ces décisions par le Ministère de la Justice, Garde des Sceaux permettra la stabilité recherchée, favorisa l’égalité des citoyens et l’éclosion du principe de l’homme qu’il faut à la place qu’il faut.

Bamako, 11/11/2019
BUREAU EXÉCUTIF NATIONAL DU PRVM FASOKO

Source: Maligo Actu

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct