Au cimetière d'Hamdallaye: ATT dans sa dernière demeure

Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Comment deux frères Coulibaly ont révélé le manque de solidarité transitionnelle

Ils s’appellent tous Mohamed Coulibaly et tous proches des acteurs du putsch ou alliés. Ils se distinguent en revanche par le droit d’appartenance à l’équipe gouvernementale. Après avoir participé à un premier conseil de cabinet inaugural à la Primature, l’un a été tout simplement remercié au profit de l’autre alors que son regard n’avait pas encore fini d’être illuminé par les congratulations.

En cause, une grande confusion. De source bien introduite, en effet, l’intéressé a eu le malheur de figurer sur plusieurs listes de ministrables en même temps. Il a été proposé à la fois par Mahmoud Dicko mais également par un des Colonels putschistes. Or, il nous revient de même source que chacun desdits acteurs, qu’il s’agisse des militaires ou des politiques, n’avait droit qu’à deux représentants au sein du gouvernement. Et l’un des deux Mohamed Coulibaly a ainsi eu le malheur d’être le choix de deux personnalités qui auraient eu l’un ou l’autre trois représentants au sein du gouvernement de Transition si leur protégé commun était retenu. Dès lors, le portefeuille de la Refondation de l’Etat ne peut revenir qu’à celui qui se retrouve à la fois son homonyme et antonyme. Quoi qu’il en soit l’épisode met à nu à tout le moins le manque de cohésion dans le cercle restreint de la Transition.

Source: Le Témoin- Mali

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct