Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Choguel, le « mauvais élève » fait jaser

Lors de son passage devant le Conseil national de Transition (CNT) pour défendre le Programme d’Action du Gouvernement (PAG), le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, a été crédité de 3 points comme note. Son « professeur » du jour n’était autre que le prolixe président du parti Front Africain pour le Développement (FAD), qui ajoute que cette note correspond à une note de renvoi si l’on était à l’école. Pour Nouhoum Sarr, les 33, 87 % de réalisation sur les 62 actions prévues ne sont pas flatteurs pour un Premier ministre venu rectifier la trajectoire de la Transition. En créditant Choguel d’une telle note, Nouhoum Sarr s’est attiré la foudre des partisans du chef du gouvernement, qui l’ont traité de tous les noms d’oiseaux. Pour certains, c’est un « vendu » à la solde des puissances étrangères. Pour d’autres, l’homme est tout simplement jaloux de la gestion stricte de la Transition par Choguel.

 

De l’autre côté, les louanges et félicitations n’ont pas cessé de pleuvoir à l’endroit du jeune politicien. Ses défenseurs le voient incarner la personnalité de l’homme idéal recherché pour redresser le Mali.

Niafunké, les habitants expriment leur ras-le-bol

Les consommateurs du cercle de Niafunké s’inquiètent de la hausse du prix de certains produits dans la ville. Selon notre correspondant sur place, Ousmane dit Demba Yattara, le sac de 100 kg de mil est actuellement cédé à 40 000 F CFA contre 20 000 F CFA il y a quelques mois. Une première dans le cercle depuis une décennie. Outre le mil, le prix du riz a aussi grimpé, le sac de 100kg de riz paddy (soit environ 50Kg de riz décortiqué) est passé de 10 000 à 15 000 F CFA. Pour le mil étant un produit importé, les consommateurs peuvent comprendre mais le riz est différent car Niafunké est aujourd’hui le grenier de la 6e région, Tombouctou.

Comment expliquer cette hausse ? Les revendeurs l’imputent aux sanctions de la Cedeao à l’encontre de notre pays. Mais au-delà, les revendeurs et les acteurs agricoles n’ont-ils pas leur part de responsabilité ? La question mérite d’être posée pour une ville agricole par excellence dont les potentialités agricoles sont inestimables.

S’agissant du mil, lors de la deuxième session de l’Assemblée générale de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (Ccim) tenue à Ségou le 17 mars dernier, le président Youssouf Bathily avait annoncé l’approvisionnement correct du pays en denrées de première nécessité, le maintien des prix à un niveau raisonnable. Mais hélas rien de concret à Niafunké. En attendant une réaction, notre reporter fait savoir que Niafunké souffre en ce mois de ramadan. Les dépenses se sont multipliées par 2 voire 3 alors que les revenus n’ont connu aucune augmentation. Il arrive même souvent que des chefs de famille s’endettent pour faire face aux dépenses du mois de ramadan. « A l’allure où vont les choses, le mois d’août s’annonce difficile pour les populations pour qui connait bien Niafunké », s’inquiète-t-il.

Niafunké : Dialoguer pour s’entendre

Face à la multiplication de conflits entre agriculteurs, propriétaires terriens et éleveurs, une rencontre de conciliation a été organisée par le maire de l’arrondissement central de Niafunké, Samba Bah en vue de pouvoir ramener l’accalmie et la paix entre les cohabitants. Dans les discussions, il est ressorti que le manque de justice est à la base de plusieurs différends. Pour éviter des dépenses inutiles à travers des procédures judiciaires interminables, les participants ont été exhortés à tenir le langage de la vérité afin de permettre aux futures générations de vivre en paix. C’est ainsi que ceux qui ont hérité des terres de leurs parents et qui ont cédé des parcelles à d’autres personnes ont reconnu qu’ils ne maîtrisaient pas la délimitation de leurs terres. Dans leur volonté de faire la paix, une Commission a été créée sur place qui était censée se rendre sur les lieux le lundi afin de délimiter chaque zone et éviter à l’avenir des mêlées entre éleveurs, agriculteurs et propriétaires terriens.

Attaques coordonnées dimanche

C’est une attaque simultanée sur les positions de l’armée malienne à Sevaré, Niono et Bapho dans la région Ségou. Dans un communiqué l’état-major général des armées a dressé un bilan provisoire : Sevaré 6 morts et 15 autres blessés côté armée malienne. 11 morts en plus du kamikaze côté assaillant d’importants matériels récupérés dont 2 AK-47, 4 téléphoniques, 4 Motorola ainsi que des équipements militaires. Au camp de Bapho : 1 blessé côté armée malienne et 1 hélicoptère endommagé. A Niono, 4 blessés et 2 véhicules légèrement endommagés.

19 milliards F CFA du Canada à l’Unicef

Le Gouvernement du Canada réalise sa plus importante contribution jamais versée à un bureau de l’Unicef dans le monde. En effet, il vient de verser 40 millions de dollars canadiens pour le Mali, soit plus de 19 milliards de Francs CFA. Cet engagement vise à améliorer le statut nutritionnel des femmes, des filles et des enfants de moins de cinq ans en situation de vulnérabilité au Mali d’ici 2027. Une démarche qui traduit la confiance placée en notre bureau pour son travail au profit des enfants.

Ledit programme permettra l’élaboration de 300 villages « amis des enfants » et fournira des services et actions de qualité pour prévenir et prendre en charge la malnutrition.

Ledit programme permettra de créer environ 300 villages « amis des enfants » et fournira des services de prévention et de prise en charge holistique de qualité pour prévenir et prendre en charge de la malnutrition.

A travers ce partenariat, le Canada et Unicef Mali réitèrent leur engagement pour les enfants du Mali et leur amitié envers le peuple malien. Nous apprécions l’engagement des médias et leur accompagnement à œuvrer également pour chaque enfant !

Mise en œuvre de l’accord d’Alger

Dans le cadre du suivi de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du Processus d’Alger, la médiation internationale a tenu une réunion virtuelle, le 20 avril 2022, sous la présidence de l’ambassadeur Boudjemaa Delmi, représentant de l’Algérie, chef de file de la médiation internationale.

Les membres de la médiation internationale ont réitéré l’importance cruciale que revêt la mise en œuvre diligente de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, pour permettre la stabilisation durable du Mali et celle de la région dans son ensemble. Ils ont rappelé la responsabilité primordiale des parties maliennes dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali.

 Bathily reprend du service

Dans une vidéo qu’il a postée le week-end, maître Bathily solde des comptes avec Choguel Maïga, son compagnon de lutte au M5-RFP.

D’abord, il confirme qu’il revient de la Mecque où il a prié pour le Mali. Il réaffirme sa foi en le Mali et se dit convaincu que notre crise va finir.

Parlant du Premier ministre, il dira, « il y a peu, quand on disait de parler avec la Cedeao et avec la France, les vidéomans de Choguel vous insultaient père et mère. Choguel vient de dire la même chose. J’espère qu’il aura droit au même traitement. Ensuite, ce n’est pas le M5-RFP qui a choisi Choguel. Ce sont les militaires qui l’ont choisi au sein du M5-RFP ».

Choguel appréciera.

Rassemblées par la Rédaction

Source : Mali Tribune

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct