Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Bureau INPS de Paris : La famille d’abord continue sa démolition du Mali

Au Mali, hélas, si l’on veut se faire une place au soleil, il faut résolument être contre l’intérêt public, profondément malhonnête et irrémédiablement petit. Ce qui se passe au bureau INPS de Paris, est délirant. Mme Traoré Mariam Guindo, désormais ex-chef de bureau qui vient d’arriver à peine à Paris, est rappelée à Bamako à deux ans de sa retraite. Pas parce qu’elle fait très mal son boulot, mais parce qu’elle est soucieuse de l’utilisation faite des deniers publics.

siege Institut national prévoyance sociale inps

Aurait-elle dû se taire, prendre sa part, bien préparer sa retraite ? Aurait-elle dû profiter de la France, des avantages de ce pays, cumuler un jour sa retraite malienne et le Minimum-vieillesse des Français ? Comme le font d’anciens hauts cadres africains. Chacun jugera en âme et conscience. Mme Traoré Mariam Guindo, chef de bureau INPS à Paris, a osé dénoncer les dépenses inutiles cautionnées par la direction INPS au profit de Mme Baby Loutandy Diop, agent comptable.

Une question de naturalisation

Contre toute morale, c’est la femme du secrétaire général du ministère de la Solidarité, de l’Action humanitaire et de la Reconstruction du Nord, Samba Baby, ministère de tutelle de l’INPS, qui officie depuis peu à Paris comme agent comptable. Mme Baby Loutandy Diop  a été mutée à Paris au bureau INPS comme agent comptable en août 2014. Son mari, Samba Baby, est secrétaire général du ministère de la Solidarité, de l’Action humanitaire et de la Reconstruction des régions du Nord, depuis mai 2014. Ce couple est sans nul doute décidé, pressé et perturbé. Peut-être que la nationalité française visée par cette indécente nomination garantira l’immortalité ou du moins le paradis sur terre. Certes, la nationalité française offre des atouts, mais elle n’est pas une panacée. Espérons que la progéniture tant chérie pour laquelle, on cherche le papier français, ne finisse droguée et toxico au bois de Boulogne. Dieu est le Dieu de tout le monde. Les  larmes de notre peuple volé, trompé, trahi et spolié ne seront pas vaines. Inch’Allah.

Mme Baby : profiteuse hors-norme d’une incompétence notoire et avérée

Elle aurait dû de se contenter de sa venue en France. Que nenni. Mme Baby Loutandy Diop est agent comptable sur le papier. Mais aussi bizarre que cela puisse paraître, tout le monde voit que c’est l’ex-agent comptable, la retraitée Mme Oumou Samaké, qui fait le travail. Officiellement, Mme Oumou Samaké ne doit pas venir au service, mais force est de reconnaître qu’elle est là tous les jours  et le travail, c’est-elle. Et, Mme Baby n’est même pas gênée. Sait-elle ce que la gêne ?

Pour faire réparer son véhicule, les frais de réparation dépassent de loin le prix d’une voiture modèle neuve. Mme Baby Loutandy Diop dispose d’une voiture et d’un chauffeur. Mais où va le Mali ? Elle n’est pas la première comptable INPS à Paris, pourquoi cette faveur ? Disons ce gaspillage.  Toutes les factures pour l’ameublement de la résidence de la brave Mme Baby Loutandy Diop, toutes les factures relatives à sa voiture aussi faramineuses soient-elles, ont été intégralement payées et sans broncher. Bravo Bréhima Noumoussa Diallo, directeur général de l’INPS, pour votre sens élevé de l’intérêt personnel. Vous avez raison, car si vous refusez, c’est vous qui partez dans l’indifférence générale. C’est cela le Mali. Hélas.

Un ministre sans limites

Le ministre Hammadoun Konaté ne peut ignorer que c’est la femme de son secrétaire général qui a été désignée à Paris comme agent comptable à l’INPS.  Au moment où le chef de bureau Mme Traoré Mariam Guindo met la pression pour une très bonne gestion, elle est relevée de ses fonctions en dépit de tous les encouragements du ministre Konaté. Quelle sournoiserie ! Quelle  décadence ! Quelle affreuse bassesse ! Quelle abjecte immoralité ! Quelle avidité outrancière ! Quelle déchéance ! Quelle indignité assumée !

Pour rappel, le ministre en question Hammadoun Konaté est le beau-frère de la femme d’IBK. Konaté est un membre très influent de la famille d’abord. Cette famille qui est là pour se servir du Mali et qui se fiche éperdument de ce qui sera la suite. C’est ce ministre pareil qui est supposé reconstruire le Nord. Lui qui n’a aucune crédibilité. Rêver est un droit. En plus, il est numéro deux du gouvernement. La famille d’abord s’est élargie, merci à Mme Ndiaye Ramatoulaye Diallo, pour la promotion d’un certain Ndiaye, pardon du beau-frère, comme désormais chef de bureau INPS Paris. Félicitations l’artiste !

 

Mme Traoré Mariam Guindo : patriote ou naïve ?

Comment dans un pays gangrené par la corruption, l’impunité, le népotisme, Mme Traoré Mariam Guindo, à un niveau si bas du pouvoir, a-t-elle pu rêver une seconde redresser le bureau INPS de Paris ? Comment avec un président de la République, frère de Tomi Michel, un Modibo Keïta nécessiteux, dont toute la famille bénéficie de logements sociaux, un ministre pur produit de la famille d’abord, Mme Traoré pouvait-elle espérer faire quelque chose ? Mme Traoré Mariam Guindo ignore-t-elle qu’au consulat, il y a un condamné à perpétuité, Mamadou Diarra dit John, qui est agent consulaire ? Ignore-t-elle   qu’au consulat, à l’ambassade et à la délégation malienne à l’Unesco, il y a des agents plus puissants que l’ambassadeur ?

Ignore-t-elle que l’ambassadeur Cheick Mouctary Diarra, 79 ans, est en retraite depuis 19 ans et qu’il est à Paris pour ses soins médicaux et non pour l’intérêt du Mali ? Sa fameuse médaille a été aussi attribuée et est attribuée chaque année à 600 (six-cents) personnes. Un peu de modestie. Croit-t-elle que Boulkassoum Haïdara défend l’ouverture d’un second consulat en France pour rien ? Ignore-t-elle que la charmante et belle, agent consulaire, Mata Bagayoko, doit son recrutement à IBK lui-même, dans des conditions obscures ? Ignore-t-elle que Bassirou Touré, après son passage au consulat, revient à Paris comme premier conseiller à l’ambassade, après des années de lobbying ? Ignore-t-elle que Paris est le centre de la planète pour nos dirigeants ?

Un haut cadre de l’ambassade vient de nous dire, qu’il consacre plus de la moitié de ses avantages en cadeaux à ses chefs et assimilés à Bamako. Il souhaite vaille que vaille rester à Paris afin que ses enfants deviennent Français un jour. Pour lui, conclut-il, aucun sacrifice n’est de trop. C’est net. Le nouveau consul général nommé, mais pas encore en France, sait désormais à quoi s’en tenir : se taire et profiter. Hélas.

Mme Traoré Mariam Guindo s’est battue pour que les Maliens de France qui ont femmes et enfants au Mali s’inscrivent à l’INPS. Elle faisait le tour des foyers. Ce qu’elle ignorait ce que dans les foyers les gars savent où va leur argent. L’écrasante majorité a fait le choix de ne pas s’inscrire. C’est volontaire. Les Maliens de France ayant femmes et enfants au Mali ont compris qu’en inscrivant massivement à l’INPS, loin de servir le Mali, ils font l’affaire de quelques individus sans foi ni loi.

Silence autodestructeur

Tout cela se passe dans un silence coupable, complice et lâche des différents syndicats de l’INPS. Cette histoire rappelle celle de l’agent comptable de Genève M. Traoré, qui s’est aussi opposé aux folies dépensières de l’ambassadeur Mme Thiam Aya Diallo. M. Traoré a été rappelé à Bamako. Elle nous rappelle étrangement les tableaux que le consulat et la délégation malienne à l’Unesco viennent d’acquérir pour meubler, dit-on, les locaux alors que le Mali aidé des autres nations se cherche. Dieu seul sait combien ces tableaux ont coûté.

Elle rappelle les véhicules vétustes que notre représentation diplomatique vient d’acquérir à prix exorbitants. Elle nous rappelle les vols d’argent faramineux commis au consulat comme si en France, il n’y a pas de banque. Elle nous rappelle comment  Waffi Cissé, un ancien consul,  fut traîné dans la boue par une accusation infamante et affligeante quand il a voulu redresser le consulat. Voilà pourquoi le Mali est à terre. Voilà pourquoi 400 bandits armés nous ont mis à genoux.

Le problème du Mali n’est ni la direction de l’INPS, ni le ministre Hammadoun Konaté, ni le secrétaire général Samba Baby. Le vrai démolisseur du Mali, c’est IBK qui nomme sa famille et qui laisse faire. Le peuple le regarde passif et ça sera encore la faute aux autres. Serval, Minusma, Barkhane.

Mme Traoré Mariam Guindo, retournez à Bamako avec votre dignité, avec votre honneur. Le bonheur et la longévité appartiennent à Allah et non aux médecins français. La  »Mobotisation » du Mali est en marche. Toute fille, toute sœur, toute nièce, toute belle-sœur est aussi une femme. Le bateau est décidément ivre. Par Allah, pour nous, le combat pour un Mali meilleur se fera sans états d’âme.

Boubacar SOW                                                         

[email protected]

Source : Le Reporter

avatar
  Subscribe  
Notify of
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct