Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Au Mali, les leçons de la frappe de Bounti pour l’opération Barkhane

En déplacement au Mali la semaine dernière, la ministre des Armées, Florence Parly, a défendu «l’honneur» des soldats français.

Le jargon de Barkhane est parfois incompréhensible. Jeudi dernier, la«pleine capacité opérationnelle de la task force Takuba» a été «actée» par la ministre des Armées, Florence Parly, accompagnée, durant un déplacement au Mali, de ses homologues tchèque et estonien. L’étape se voulait importante pour l’opération française au Sahel: depuis l’été, les armées sont épaulées sur le terrain par des forces spéciales estoniennes, tchèques et suédoises. D’autres pays pourraient rejoindre l’initiative qui a donc achevé sa mise en place. Mais l’annonce a été éclipsée par les suites de la polémique sur la frappe de Bounti.

Dans un rapport publié il y a plus d’une semaine, la division des droits de l’homme de la Minusma, la mission de paix de l’ONU au Mali, a accusé la France d’avoir tué 19 civils lors d’une frappe aérienne le 3 janvier. Les enquêteurs ont conclu qu’un mariage s’était bien tenu dans ce village au centre du Mali, dans une zone où sévit la Katiba Serma, l’un des groupes armés contre lequel … suite de l’article sur Le Figaro

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct