Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Al-Qaïda et l’État islamique croisent des épées au Sahel

Selon des experts, Al-Qaïda et le groupe de l’État islamique se sont mutuellement opposé des armes au Sahel, rompant ainsi une période de coopération qui dure depuis des années.

 

Les tenues djihadistes rivales se sont déjà affrontées dans d’autres théâtres, comme en Syrie. Mais ils ont souvent travaillé en tandem au Sahel, coordonnant des attaques, et même échangeant des combattants.

La région africaine semi-désertique a connu des années de conflit avec les militants islamiques, qui ont émergé pour la première fois dans le nord du Mali en 2012 avant de se propager dans le centre du pays, et au Burkina Faso et au Niger voisins.

Des milliers de soldats et de civils ont été tués à ce jour et des centaines de milliers ont fui leurs maisons.

Mais depuis le début de l’année, des affrontements sporadiques entre al-Qaïda et les affiliés de l’État islamique semblent s’être transformés en combats à part entière dans le centre du Mali et du Burkina Faso.

Peu de détails ont émergé de cette lutte jihadiste intestine, une grande partie se déroulant dans des zones instables déjà assaillies par des bandits et des milices ethniques, et des affrontements réguliers avec les armées nationales.

Les experts et les responsables locaux soulignent que les différends concernant l’expansion territoriale ou l’accès aux cultures fourragères sont quelques-unes des raisons des combats.

Mahamat Saleh Annadif, le représentant spécial des Nations Unies au Mali, a déclaré que la guerre civile djihadiste n’est “plus un secret”.

“Nous ne savons pas où cela va se terminer, chacun veut prendre le dessus sur l’autre”, a-t-il expliqué, expliquant que les groupes se disputent la terre.

Les djihadistes affiliés à Al-Qaïda – maintenant regroupés au sein d’une alliance nommée GSIM – sont apparus pour la première fois dans le nord du Mali en 2012, puis se sont installés dans le centre du Mali en 2015.

L’histoire du groupe État islamique dans la région est plus courte. Le militant islamique Abou Walid Al-Sahraoui a fondé la franchise de la région en 2015, et il est maintenant actif dans les régions frontalières reliant le Mali, le Burkina Faso et le Niger.

– Amis du beau temps –

Ni al-Qaïda ni le groupe État islamique n’ont jamais formellement signé une alliance au Sahel, selon un diplomate occidental à Bamako, la capitale du Mali.

Mais cela ne les a pas empêchés de travailler en étroite collaboration, a-t-il dit, pointant du doigt des raids conjoints et des combattants qui passeraient d’un groupe à l’autre.

Le diplomate a ajouté que la raison pour laquelle une personne rejoint l’un ou l’autre groupe est souvent liée à des circonstances locales, telles que l’appartenance à un groupe ethnique marginalisé ou le fait de ne pas avoir d’emploi.

De même, les raisons du conflit sont également souvent locales, a déclaré Ibrahim Maiga, chercheur à l’Institut d’études de sécurité de Bamako.

“Ces conflits ne doivent pas seulement être compris à travers un prisme idéologique”, a-t-il déclaré.

Par exemple, pendant la saison sèche du début de l’année, les combats éclatent souvent dans le centre du Mali au sujet d’une culture fourragère cultivée dans le delta du fleuve Niger, appelé bourgou.

Un expert en sécurité de la ville de Mopti, au centre du pays, qui a demandé l’anonymat, a déclaré à l’AFP que les djihadistes se disputent les zones de culture du bourgou “comme tout le monde”.

– Guerre de propagande –

Les affrontements entre les deux groupes djihadistes ont commencé après que des combattants de l’État islamique sont entrés dans la région de Dialloube, au centre du Mali, en provenance du Burkina Faso au début de l’année, selon un responsable local qui a refusé de nommer.

Les militants sont allés “de village en village pour propager leur message”, a ajouté le responsable.

Dialloube est traditionnellement le territoire de Katiba Macina, une tenue djihadiste qui fait partie de l’alliance GSIM affiliée à Al-Qaïda.

Un conseiller à la sécurité qui travaille à Mopti et qui a refusé d’être nommé a déclaré à l’AFP que “plus de 60 djihadistes ont été tués” lors des combats dans la région à la mi-mars.

Au Burkina Faso voisin, l’État islamique a affirmé qu’à la fin avril, ses combattants avaient tué “plus de 35” militants du GSIM près de la frontière malienne.

Il a indiqué qu’il avait également envoyé un kamikaze contre une base du GSIM dans la même zone.

Malgré l’image macabre peinte par la propagande, Maiga, le chercheur de Bamako, a déclaré que les informations provenant des régions déchirées par la guerre du Sahel sont souvent exagérées.

L’ONU, dans un récent rapport interne, a également dénoncé un “manque de renseignements” concernant plusieurs régions du centre du Mali.

De manière inhabituelle pour les djihadistes habitués aux médias, ni Al-Qaïda ni le groupe État islamique n’ont encore publié de séquences de leurs affrontements.

Source : AFP

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct