Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

2019 une année meurtrière selon l’ONU: 4000 décès en 2019 contre 776 en 2016

L’envoyé spécial de l’ONU, Mohamed Ibn Chambas a signalé le mercredi dernier,  une recrudescence des attaques terroristes en Afrique de l’Ouest et au Sahel notamment. L’envoyé des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel a signalé mercredi « une recrudescence dévastatrice » des attaques terroristes contre des cibles civiles et militaires depuis juillet dans la région.

En effet, Mohamed Ibn Chambas, directeur du Bureau des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, a déclaré au Conseil de sécurité de l’ONU que la région entière avait été secouée par des violences terroristes sans précédent au cours des derniers mois. Au Burkina Faso, au Mali et au Niger, le nombre de victimes d’attentats a quintuplé depuis 2016, avec plus de 4 000 décès signalés en 2019, contre environ 770 décès en 2016, a-t-il affirmé. L’épicentre géographique de ces attaques terroristes s’est déplacé vers l’est, passant du Mali au Burkina Faso, et menace maintenant de toucher les États côtiers d’Afrique de l’Ouest. Le nombre de personnes tuées dans des attaques terroristes au Burkina Faso est ainsi passé d’environ 80 en 2016 à plus de 1 800 en 2019, a-t-il souligné.

M. Chambas a indiqué que les attaques perpétrées par des extrémistes violents constituaient souvent des efforts délibérés pour s’emparer d’armements et d’axes de trafic, ou encore pour étendre leurs activités illicites, en développant par exemple des exploitations minières illégales dans les zones qui les soutiennent.

Face à cette recrudescence de la violence dans la région, de nouvelles réponses stratégiques s’imposent pour mettre fin à cette spirale négative.

                                                            K. Komi LE COMBAT

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct