Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Visite de la ministre Kadiatou Konaré à Kayes : pour une meilleure promotion des patrimoines

Après Mopti, la ministre de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme, Mme Kadiatou Konaré, a présidé à Kayes une séance de restitution des séminaires «Émergence» pour une vision concertée des acteurs de la culture, de l’artisanat et du tourisme. Le thème de ce séminaire qui s’est déroulé du 25 au 26 février 2021 dans la salle Massa Makan Diabaté de Kayes, portait sur «la culture, l’artisanat et le tourisme au Mali, évolution, enjeux et perspectives». Il s’agissait, pour les participants, de débattre des réalités des différentes disciplines (patrimoine culturel, action culturelle, artisanat, tourisme), de la nature des efforts et des initiatives antérieures ou en cours, ainsi que des enjeux et défis à relever dans un contexte marqué par l’insécurité, le chômage des jeunes et la pandémie de la Covid-19.

 

«Tout est urgent. Mais la première des urgences, en suivant les instructions de la feuille de route du gouvernement de la Transition, c’est d’aider ceux qui sont à terre à se relever pour participer à la marche du pays vers la paix, l’unité et la fraternité», a annoncé la chef du département de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme. «Il s’agit d’offrir un cadre de réflexion de haut niveau aux acteurs culturels, aux artisans et aux professionnels du tourisme afin d’établir l’état des lieux, de faire un diagnostic sans complaisance des problèmes des trois secteurs et de formuler des recommandations et le rôle de ces secteurs d’activités dans le développement de notre pays. Et c’est à cet exercice que nous vous invitons», a expliqué Mme Kadiatou Konaré.

Cette année est dédiée à la culture, aux arts et au patrimoine par l’Union africaine. Le Mali a reçu mandat d’assumer le rôle de «Champion continental» pour les arts, la culture et le patrimoine. Pays millénaire de connaissances et héritier d’un riche patrimoine culturel matériel et immatériel, le Mali s’est naturellement imposé comme une terre de rencontres et d’échanges grâce à nos ancêtres qui ont fait de nous des gardiens des valeurs et pratiques sacrées comme le brassage ethnique et le dialogue interculturel. Ce dialogue interculturel peut être aujourd’hui un instrument de prévention et de résolution de conflits. Parler des patrimoines, c’est faire ressurgir le souvenir de l’Empire du Mali, les hauts faits des Royaumes Bambara de Ségou, du Kénédougou, du Kaarta, du Khasso Dembaya, de l’Empire Toucouleur, sans occulter la conquête coloniale.

Tous ces événements ont légué à la postérité des vestiges constituant les principales attractions touristiques, notamment le «Kaaba blon» ou case sacrée de Kangaba, le site de Kouroukan Fuga où a été proclamée la Charte du Mandé, le Biton Blon, le Tata de Sikasso, le Nianan Koulou de Koulikoro. À cela s’ajoutent le Fort de Médine et de nombreux monuments, témoignages d’architecture séculaire et d’une brillante civilisation.
Nos régions sont traversées par de grands fleuves (le Niger et le Sénégal), des sites naturels favorables à l’écotourisme comme la réserve de la biosphère de la Boucle du Baoulé, la réserve naturelle du Bafing où l’on retrouve le chimpanzé, les chutes de Gouina, le Félou, Woroni et Farako dans la Région de Sikasso, l’arche de Kamandjian dans le Mandé. Les 4 régions (Kayes, Koulikoro, Sikasso et Ségou) sont aussi le creuset d’un artisanat millénaire avec des centres artisanaux comme Nyéléni de Ségou ou encore Kalabougou. Des sites qu’il faut valoriser.

Bandé Moussa SISSOKO
Amap-Kayes

Source : L’ESSOR 

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct