Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Tchad: le Conseil militaire nomme son gouvernement de transition

Le Conseil militaire au pouvoir au Tchad depuis la mort du président Idriss Déby Itno a nommé ce dimanche 2 mai un gouvernement de transition, a annoncé à la télévision d’État le porte-parole de l’armée. Le CMT a annoncé par ailleurs la levée du couvre-feu.


Avec notre envoyé spécial à Ndjamena, David Baché

Mahamat Idriss Déby, fils du défunt président, qui a pris la tête d’un Conseil militaire de transition (CMT), a nommé par décret 40 ministres et secrétaires d’État, avec la création d’un nouveau ministère de la Réconciliation nationale.

Acheikh ibn Oumar est nommé ministre d’État à la réconciliation et au dialogue. Ancien chef de guerre, ancien ministre d’Hissène Habré, il était rentré au Tchad en 2018 après 25 ans d’exil pour devenir conseiller d’Idriss Déby.

Le portefeuille des Affaires étrangères revient à Chérif Mahamat Zène, proche d’Idriss Déby qui avait déjà occupé ce poste, et secrétaire général et porte-parole du MPS.

Deux hauts gradés sont nommés : le général Daoud Yaya Brahim devient ministre délégué à la Présidence du Conseil, en charge de la Défense. Un ministère qu’il avait déjà occupé sous Idriss Déby ; le général Souleyman Abakar Adoum, l’un des quinze membres du Conseil militaire de Transition, est nommé ministre de la Sécurité publique.

Lydie Beassemda, qui était candidate du PDI lors de la présidentielle du mois dernier, est désormais ministre de l’Enseignement supérieur. Issa Doubragne qui était déjà ministre de l’Économie, conserve son portefeuille. Patalet Geo, un proche du Premier ministre Albert Pahimi Padacké, prend le ministère des Infrastructures. Fatima Goukouni Weddeye va aux Transports, elle était jusqu’ici directrice générale adjointe de l’Agence nationale des investissements. Kosmadji Merci devient ministre de l’Éducation nationale. Il faisait partie de l’équipe de campagne d’Idriss Déby pour la dernière présidentielle.

Pas de Transformateurs au gouvernement

Côté opposition, entrée notable de Mahamat Ahmat Alhabo, secrétaire général du PLD, qui prend le poste de ministre de la Justice. Lui qui, mardi dernier, dénonçait la répression violente des manifestations et rappelait l’importance du « droit de manifester ».

Source: RFI

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct