Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Suite à la détention violente pendant plusieurs heures des agents d’une ambulance du MSF: Un blessé du bombardement de Bounty décède lors de son transfert vers le centre de Santé

Dans un communiqué publié hier, Médecins Sans Frontières informe que les agents à bord de son ambulance évacuant des blessés vers le centre de santé de Douentza ont été ligotés, violentés et laissés en plein soleil pendant plusieurs heures avant d’être relâchés. L’un des trois patients, un homme d’une soixantaine d’années, est décédé durant cette détention. L’organisme humanitaire a condamné  » une grave et violente obstruction des secours médicaux et appelle au respect de l’action médicale et humanitaire, ainsi que des populations civiles « .

 

Saisi de la présence des blessés suite à un bombardement du village de Bounty, le 3 janvier, Médecins Sans Frontières a pris en charge huit blessés au niveau du centre de santé de Douentza. Cependant, cette opération a connu des difficultés entrainant la mort d’un des patients. En effet, une ambulance de l’organisation, clairement identifiée par le logo de MSF, se dirigeant vers l’hôpital général de Sévaré avec à son bord trois patients grièvement blessés mais aussi un infirmier du ministère de la Santé, un accompagnant et un chauffeur, a été interceptée.

Tous ont été ligotés, violentés et laissés en plein soleil pendant plusieurs heures avant d’être relâchés. L’un des trois patients, un homme d’une soixantaine d’années, est décédé durant cette détention.  » Nous condamnons dans les termes les plus vigoureux toutes les formes d’entraves et de violences exercées contre les secours médicaux, nos patients et les membres de notre personnel « , a déclaré Juan Carlos Cano, chef de mission de MSF.  » Nous sommes très choqués et demandons aux parties au conflit de respecter les ambulances, les soignants, les patients et leurs accompagnants. Les véhicules médicaux doivent permettre aux agents de santé de soigner et transporter les patients dans un environnement sûr et sécurisé  » déclare MSF. Le mercredi dernier, l’ambulance du MSF a enfin pu atteindre l’hôpital de Sévaré. Les deux patients qui se trouvaient à bord du véhicule sont actuellement sous suivi médical. Plus tôt cette semaine, les équipes de MSF avaient admis au Centre de santé de référence de Douentza plusieurs blessés graves en provenance des villages de Bounty et Kikara, au nord-est de Douentza. Les patients, pour la plupart des hommes âgés de plus de soixante ans, présentaient des lésions dues à des explosions, des éclats de métal et des blessures par balles. MSF précise que ses équipes n’étant pas physiquement présentes au moment des faits, elles ne sont pas en mesure de confirmer les circonstances exactes de ces événements, autour desquels règnent encore beaucoup de confusions.

Suite à cette rétention violente de son ambulance et face à la détérioration du contexte sécuritaire au centre du Mali, MSF appelle une nouvelle fois toutes les parties au conflit à respecter les secours médicaux et humanitaires, les installations médicales et les populations civiles. L’organisation humanitaire, qui intervient au Mali depuis 1985, gère des projets médicaux et humanitaires dans les régions de Kidal, Gao (Ansongo), Mopti (Ténenkou, Douentza, Bandiagara, Bankass et Koro), Ségou (Niono) et Sikasso (Koutiala) et aussi dans le district de Bamako.

Y.C

Source : l’Indépendant

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct