Au cimetière d'Hamdallaye: ATT dans sa dernière demeure

Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Sans Tabou: Gouvernement de transition, les femmes flouées

Quatre femmes sur 25, soit un taux de représentativité de 16%. Voilà la maigre part que les responsables de la transition ont réservée aux femmes du Mali, malgré l’existence de la Loi (2015-052 du 18 décembre 2015 instituant des mesures pour promouvoir le genre dans l’accès aux fonctions nominatives et électives, qui leur octroie 30% des postes. Cette faible représentativité du genre est décriée par observateurs. Une fois de plus, c’est une gent féminine qui interpelle par lettre les autorités nationales.

 

Elles ne sont que quatre : Kadiatou Konaré, la fille de l’ancien président Alpha Oumar Konaré, qui prend la tête du ministère de la Culture, de l’artisanat et du tourisme ; le Dr Fanta Siby, à la tête du ministère de la Santé et du Développement social ; Mme Haïdara Bernadette KEÏTA qui occupe le poste de ministre de l’Environnement, de l’assainissement et du développement durable. Mme Haïdara est directement suivie de la ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, Mme Bintou Founé SAMAKE. Ces quatre femmes représentent toutes les femmes du Mali. Ce qui fait grincer les dents de bon nombre de Maliennes et de Maliens.
« Il faut noter que ce gouvernement de transition n’a pas respecté la loi 052 qui accorde 30 % des postes électifs et nominatifs aux femmes », s’est indignée une enseignante qui réclame la part des femmes au gouvernement.
Si dans le gouvernement précédent, les femmes représentaient plus de 30%, dépassant même le quota qui leur était alloué, cette fois, le gouvernement tant attendu n’a pas manqué de faire des frustrés dans le rang des femmes. Pourtant, ce gouvernement de mission devrait être un exemple d’inclusivité des femmes, pour minimiser le stéréotype qui colle aux gouvernements africains qui sont accusés de piétiner le droit des femmes. Malgré les mises en garde de certaines associations de femmes appelant à respecter le quota des 30% des femmes, le genre a été mis à la touche.

C’est à cet effet que les femmes du Mali ont, quelques heures après la formation du gouvernement de transition, adressé une lettre ouverte au président de la transition, le Colonel major, Bah N’DAW, tout en, lui rappelant le rôle des femmes, qui constituent non seulement un maillon essentiel du développement de ce pays, avec plus de 51% de la population active.
« Nous attirons votre attention sur l’impérieuse nécessité d’assurer l’équité et I’inclusivité dans les clés de répartition afin que par rapport aux différents secteurs, que des acteurs ne soient ni sur représentés, ni sous représentés pour des raisons non validées au cours des consultations sur l’architecture de la Transition ou par les lois. Nous Femmes du Mali constituons non seulement un maillon’ essentiel de ce pays, mais aussi plus de 51 % de la population active, nous vous rassurons que nous ne ménagerons aucun effort pour laisser à nos enfants un Mali de paix, un Mali unifié, un Mali émergeant où il fera bon vivre », est ainsi libellé la lettre ouverte.
Comme pour enfoncer le clou, elles lui ont rappelé leur combat pour avoir le précieux sésame qu’est cette loi.
« En vous rappelant tous les engagements internationaux souscrits par le MALI, et au regard de tous les combats que nous Femmes maliennes avons eu à mener pour le vote et la promulgation du décret d’application de la loi 2015-052 du 18 décembre 2015 », tout en souhaitant de corriger cette faute la faible représentativité des femmes de ce gouvernement.

PAR CHRISTELLE KONE

Source : INFO-MATIN

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct