Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Promotion des arts, de la culture et du patrimoine africains : Des sommités peaufinent une stratégie pour le champion de l’Union Africaine

Des historiens, des sociologues, des cinéastes, des écrivains… sont réunis pendant deux jours pour tracer les pistes devant assurer le succès de la mission confiée au président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta

La toute première réunion du Comité consultatif sur les arts, la culture et le patrimoine s’est ouverte hier au CICB. L’exercice regroupe un aréopage d’éminentes personnalités du monde de la culture qui, durant deux jours, vont tracer des directives devant assurer le succès de la mission confiée au président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, Champion de l’Union africaine pour les arts, la culture et le patrimoine. L’ouverture des travaux, présidée par le chef de l’état, s’est déroulée en présence du Haut représentant de l’Union africaine pour le Mali et le Sahel, Pierre Buyoya et de la ministre de la Culture, N’Diaye Ramatoulaye Diallo.
C’est le Pr Alioune Sall, conseiller spécial du président de la République, qui a planté le décor en situant le contexte de cette rencontre, avant d’énoncer l’architecture du programme de travail. De prime abord, il soulignera le caractère inédit de la désignation d’un Champion pour la culture dans l’histoire de l’Union africaine. Une innovation qui constitue une remarquable opportunité, « car tout est à imaginer et à construire ». Aussi, c’est un défi de taille pour ceux qui se demandent en quoi les arts, la culture et le patrimoine sont-ils nécessaires au développement de notre continent. Pour Alioune Sall, la question qui est posée à cette rencontre est celle-ci : Que faire ? Et à cette question cruciale, dira-t-il, la réponse du président Keïta pourrait être résumée en deux postulats. Le premier est que l’Afrique a besoin de décrypter et de déconstruire les notions (arts, culture et patrimoine) pour en connaître les sens. Et les sens, a-t-il expliqué, doivent être compris comme des significations, mais également comme des directions.
En effet, « ceux compris comme significations nous renvoient à la question de savoir lesquelles, dans la myriade de définitions et d’approches de ces notions, l’Afrique choisit-elle de retenir ou de privilégier ». Et le Pr Sall de poursuivre que ceux compris comme directions «conduisent à poser la question de savoir vers quoi allons-nous sur ces notions».

ENTRÉE EN SCÈNE- Prenant la parole, le président Keïta a rappelé que c’est son homologue rwandais Paul Kagamé qui a eu l’idée de le proposer à cette charge. Un choix à travers lequel l’Union africaine a voulu signifier et célébrer le « Mali de Ahmed Baba, de Thierno Bocar… ». Ibrahim Boubacar Keïta a dit mesurer le poids de la responsabilité confiée à notre pays. Mais, a-t-il estimé, « ce n’est pas une affaire malienne », elle est africaine.
Il a informé les membres du Comité de ce qu’il a déjà accompli en termes de plaidoyer pour la culture. D’abord à Niamey, où il a réussi à semer la première graine. C’était à l’occasion d’une réunion des chefs d’état consacrée à la création de la Zone de libre échange économique panafricaine. Par la suite, Ibrahim Boubacar Keïta a œuvré à la mise en place des différents étages de sa mission, notamment le comité des pairs et le comité consultatif. Et à Luanda, lors du Forum panafricain sur la culture de la paix, le Champion fit véritablement sa première entrée en scène. « Belle cérémonie, belle célébration qui nous aura permis de rendre hommage à un pays de mérite, mais également à une culture assez régionale de cette partie de notre continent », se souvient-il.
Le président Keïta a fait remarquer combien ce comité est important. Il ne s’agit pas, selon lui, d’une conférence de plus pour faire dans la mode du temps. S’adressant aux participants, il a souligné la pertinence de leur choix, tout en magnifiant leurs parcours, leurs œuvres et leur souci de l’Afrique. Ils sont historiens, sociologues, cinéastes, écrivains… venus d’horizons divers. « Aucun d’entre vous n’est ici en raison d’une quelconque complaisance, mais le souci que la mission à nous confiée soit portée de la manière la plus pertinente », a-t-il déclaré, convaincu que ces deux jours de travaux conduiront à l’atteinte de cet objectif.
Selon le chef de l’état, les participants devront écarter certains risques, notamment celui d’un essentialisme négro-africain ou arabo-berbère qui nous couperait du monde. Ou à l’inverse, a-t-il poursuivi, la dissolution dans un universel qui, dans les conditions actuelles, a toutes les chances d’être un universel de surplomb.
Par ailleurs, il a dit sa volonté de faire des efforts pour rehausser la part de la culture dans le budget d’état. Un des participants avait glissé cette doléance, lors du tour de table qui avait permis à chacun de présenter son centre d’intérêt et ses attentes par rapport à la réunion.
D’autres avaient plutôt mis l’accent sur la nécessité de renforcer les infrastructures dédiées à la promotion de la culture, la labellisation des patrimoines africains, l’opérationnalisation de la Charte de la renaissance culturelle africaine…
à l’agenda de cette rencontre de deux jours sont inscrites plusieurs thématiques, à travers lesquelles les participants approfondiront la réflexion sur les voies et moyens concourant à la réussite de la mission du Champion pour les arts, la culture et le patrimoine.

Issa Dembélé

Source: L’Essor-Mali

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct