Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

PALUDISME: Plus de 1 700 décès enregistrés au Mali en 2020

Les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes sont les couches les plus affectées selon le système local d’information sanitaire (SLIS).

 

En marge de la 14e édition de la journée mondiale/semaine nationale de lutte contre le paludisme, célébrée tous les 25 avril à travers le monde, le Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) en partenariat avec le bureau Mali de l’Organisation mondiale de la santé a organisé une conférence de presse, mercredi 21 avril à Bamako.

La conférence de presse a été animée par le directeur du PNLP, Dr. Idrissa Cissé, le chargé du programme paludisme à l’OMS, Dr. Boubacar Sidibé, le chargé de Communication du ministère de la Santé et du Développement social, Markatié Daou et Pr. Issiaka Sagara, chercheur au Centre de recherche et de Formation sur le paludisme (MRTC).

Elle a échangé sur la situation du paludisme au Mali. Avec un taux de prévalence national estimé à 19 % en 2018 selon l’EDS-M VI, le paludisme demeure un problème de santé publique alertent les conférenciers. Selon le directeur du PNLP, Dr. Idrissa Cissé, « le Système local d’information sanitaire (SLIS) 2020 a enregistré 2 666 266 cas de paludisme, dont 843 961 cas graves et 1 708 décès ». Aux dires du conférencier, les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes sont les couches les plus affectées.

Des constats qui interpellent chacun à prendre des mesures d’urgence pour mettre fin au fléau, a laissé entendre le chargé du programme paludisme à l’OMS, Dr. Boubacar Sidibé. Il s’agit notamment, dit-il, d’investir pour élargir l’accès des interventions de lutte antipaludique aux groupes laissés pour compte. « Un déploiement intelligent est également important pour protéger l’efficacité des outils de lutte contre le paludisme, ainsi que des innovations pour relever de manière proactive es défis anticipés », ajoutera Dr. Sidibé. Le représentant de l’OMS s’est ensuite réjoui des résultats qui émergent du déploiement à titre expérimental du vaccin antipaludique RTS, S « En 18 mois, le Ghana, le Kenya et le Malawi ont été en mesure de délivrer plus de 1,7 million de doses de ce vaccin, soit un niveau de couverture démographique comparable à celui des autres vaccins. Il s’agit là d’un outil prometteur supplémentaire dans la prévention du paludisme », a-t-il fait savoir.

Se prononçant sur le cas de son pays, Pr. Issiaka Sagara, chercheur au Centre de Recherche et de Formation sur le Paludisme (MRTC), informera que les recherches se poursuivent au Mali et sont sur la bonne voie.

Dans le respect strict des mesures barrières anti-covid, le Mali va célébrer, ce dimanche, la 14e édition de la journée mondiale et semaine nationale de lutte contre le paludisme. Le thème choisit est : zéro palu-tirer un trait sur le paludisme. Les activités seront entendues sur une semaine dans la capitale et l’intérieur du pays, selon le responsable du PNLP.

Kadiatou Mouye Doumbia

SourceMali Tribune

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct