Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Le Comité consultatif international du coton (ICAC) annonce une hausse de la production ouest-africaine en 2021-2022: 1, 46 million de tonnes attendues dont 800 000 au Mali

Le Comité consultatif international du coton (ICAC) dans sa dernière note mensuelle publiée le 1er juin dernier, projette une augmentation considérable de la production cotonnière lors de la campagne agricole 2021-2022 qui profile à l’horizon. Une production totale de 1, 46 million e tonnes de coton graines sont attendues. Le Mali devrait retrouver sa place de premier producteur avec 800 000 tonnes en vue contre 659 500 pour le Burkina Faso.

Après une campagne agricole 2020-2021 difficile avec une chute considérable de la production consécutive au boycott des producteurs, la filière cotonnière malienne devra retrouver son dynamisme au terme de la prochaine saison. En tout cas, c’est ce que le Comité consultatif international du coton a annoncé dans sa dernière publication. Outre le Mali, l’organisation relève que cette tendance à la hausse devra être observée dans d’autres pays producteurs en l’Afrique de l’Ouest, où l’or blanc reste l’une des principales cultures de rente.

Selon le document, durant ladite saison, la production de coton-fibre est prévue pour grimper à 1,46 million de tonnes, soit une hausse de 38 % par rapport au volume de la campagne précédente (1 million de tonnes). Ce qui sera  un nouveau record en la matière. Dans cette prévision, le Mali projette 800 000 tonnes,  un niveau de production qui lui permettra de retrouver sa place de leadeur ouest-africain de la filière. Pour réaliser ce pari, les cotonculteurs se sont engagés à reprendre la production après les efforts louables des nouvelles autorités du pays. Celles-ci ont décidé de porter le prix du kilogramme du coton graine à 280 FCFA et en maintenant la subvention de l’engrais.

Par contre pour le Burkina Faso, le prix le prix d’achat de coton fixé à 270 Fcfa/kg permettra de maintenir  l’évolution à la hausse de la production prévue à  629?500 tonnes 492?600 tonnes lors de la précédente campagne. De même, la Côte d’Ivoire ainsi que le Bénin, deux autres pays producteurs de l’or blanc entendent favoriser la culture auprès de ces producteurs avec des facilités.

En tout cas dans l’ensemble, l’Afrique de l’ouest espère que cette campagne sera celle de la relance après celle difficile de l’année dernière due en plus des causes ci-dessus évoquées pour le Mali, à la crise sanitaire de la Covid-19 qui a contribué à faire chuté la demande sur le marché mondial.                                   

 Youssouf CAMARA

Source: l’Indépendant

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct