Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

EDITO : Haro sur la chasse aux sorcières !

Les jeunes officiers militaires putschistes ont déçu ! En lieu et place d’une transition inclusive pour poser les jalons d’un nouveau Mali, ils ont fait un partage de gâteau. Le peuple malien assiste, impuissant, à une distribution de postes entre amis et copains. 100 jours après sa mise en place, la transition a été caporalisée, avec en en toile de fond une manipulation et une chasse aux sorcières. Cette transition a déjà échoué dans sa forme actuelle. On ne peut rien produire de potable avec ces colonels qui nous dirigent.

Au lieu de réunir les Maliens autour de l’essentiel, ils continuent de diviser pour régner. Ils ont presque acheté tous les activistes et certaines presses en ligne. Qui passent la journée à diffuser de la propagande, la désinformation et de diffamer tous ceux qui ne partagent pas leur ligne tordue. Ils veulent faire le Mali sans les Maliens. Les réformes nécessaires pour le Mali sont profondes. C’est utopique de croire qu’eux seuls pourraient faire quelque chose. C’est vraiment sous-estimer la crise. La majorité des Maliens qui aspiraient à un véritable changement et d’un Mali nouveau ont été très déçus dès les premières instances d’après coup d’État, avec le double langage de la junte, et surtout les stratégies de manipulation du peuple.

Aujourd’hui, au lieu de poser les jalons d’un Mali nouveau. On assiste également à la traque de toutes les personnes influentes qui pourront être des facteurs de risque pour eux. Qu’une transition soit militarisée à tel point et en quelques mois, et qu’elle commence la chasse à l’Homme, c’est dire qu’elle a raté sa mission dès le départ, dans un pays en crise plus d’une décennie.

Quand on tire trop fort et trop longtemps la peau, elle finira par se déchirer. Ce n’est pas sur le tas qu’on peut apprendre à gérer un pays en crises multiformes. La réalité du Mali, c’est que nous chassons toujours une oligarchie pour mettre en place une autre, plus cupide, plus vorace. Tout cela, sur le dos du contribuable malien. Le coup d’État et toutes les autres tentatives de prendre le pouvoir passent généralement par la force. Les coups d’État sont menés par des militaires ou par la complicité de militaires pour qu’ils réussissent. Les premiers procès pour tentative d’atteinte à la sécurité nationale ont déjà été lancés dans une situation déjà chaotique.

Est-ce le début d’une transition de procès interminables qui n’ont pour objectif que d’attirer l’attention populaire et occuper les esprits dans les attaques de personnes alors que nous sommes dans l’urgence ?

Le processus de la mise en place de la transition a souffert de beaucoup d’insuffisances et de contradictions. Qu’une transition rencontre de telles oppositions, c’est dire que les moyens employés pour fédérer les Maliens autour des solutions ont échoué. Cela signifie également qu’une transition ne saurait réussir sans la participation de tous les acteurs clés de la nation. Nous disons non à une transition oligarchique et caporalisée ! Nous disons non à des mesures liberticides extrajudiciaires ! Nous disons non à une dictature rampante et à une chasse aux sorcières !

Aliou Touré

Source: Journal Le Démocrate- MALI

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct