Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Dr. Modibo Soumaré, vice-président de l’ARP face à la presse : “Il faut déconnecter le chronogramme de la Transition de tout débat lié aux ANR”

A l’occasion de l’adhésion de plusieurs associations et partis politiques à l’Action républicaine pour le progrès (ARP) et de la présentation de vœux à la presse de ce regroupement, le 1er vice-président de cette plateforme, Dr. Modibo Soumaré, a fait un diagnostic sans complaisance de la situation politique, sécuritaire du pays et proposé des solutions de sortie de crise. C’était le samedi dernier à l’hôtel Radisson Collection de Bamako.

Dans une déclaration liminaire, Dr. Modibo Soumaré n’a pas manqué de dégager leur position par rapport à la vie de la nation. Ainsi, selon lui, la situation chaotique sans précédent dans laquelle se trouve le pays oblige chaque citoyen malien à faire un don de soi pour trouver les solutions idoines de sortie de crise. Pour sa part, l’ARP regrette que le pays se trouve dans une situation de crise institutionnelle où toutes ou presque toutes les institutions se trouvent hors la loi (le Haut conseil des collectivités territoriales en est l’illustration…) “Elles ont pratiquement toutes dépassé leur mandat et la Transition n’a pas vocation à régler cette situation”, a fait savoir Dr. Soumaré, ajoutant que  malgré la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation d’Alger, un autre conflit est né au centre sous la bannière d’un conflit communautaire beaucoup plus dangereux que celui du Nord.

“Le bilan humain, militaire et civile reste lourd et estimé à 4794 morts entre 2015 et 2019, 118 villages brûlés ou détruits, des milliers de blessés et des dizaines de mutilés. En plus de cela, les centaines d’écoles fermées privant des jeunes d’éducation et d’enseignement, leurs parents privés de liberté, certains contraints à l’exil. L’Armée nationale qui se trouve confrontée à une guerre asymétrique dont les contours sont flous et les vrais motifs restent à trouver. Face à cette situation, les Forces de défense et de sécurité nationales et des forces étrangères qui n’y arrivent plus. D’où l’apparition de forces d’auto-défense qui sont de plus en plus visibles apparaissant comme les derniers recours”, a-t-il révélé.  Le conférencier  a noté aussi l’augmentation effrénée des prix des denrées de premières nécessité (pain, sucre, huile, lait, viande…) et les mouvements des partenaires sociaux (banques, assurances, stations d’essence…) alimentent la colère et les tensions sociales.

“En outre, nonobstant certaines manipulations de l’esprit, le Malien ressent de plus en fortement les effets de l’embargo imposé par la Cédéao. Bien évidemment, tout indique que les jours qui suivent s’annoncent intenables.   Tous les éléments d’un soulèvement populaire se profilent dans notre pays si des redressements ne sont pas faits”, s’est-il inquiété.

Constats

Autres constats fait par ce regroupement politique, ce sont entre autres, l’inactivité des organes de la Transition dans leur forme, leur composition, leur programme actuel à résoudre les problèmes surtout à atteindre l’objectif principal à savoir l’organisation d’élections crédibles et transparentes, l’inadaptation du mandat des forces étrangères à la situation actuelle. Et l’absence d’inclusivité de la Transition qui semble suivre les recommandations et la stratégie d’une seule force politique sans grand discernement.

Proposition nationale

C’est partant de ce diagnostic que l’ARP propose impérativement un dialogue politique avec l’implication des leaders religieux et traditionnels comme facilitateurs avec l’appui de la communauté sous-régionale et internationale pour l’installation d’un organe dirigeant inclusif. Ensuite, l’alliance suggère d’instaurer une union sacrée autour de l’armée nationale qui ne devrait souffrir d’aucun clivage en ces moments si difficiles de la vie de la nation ; mettre en œuvre les conclusions du Dialogue national inclusif. A ceux-ci s’ajoutent l’application des 3 principes de fonctionnements souhaités pour la réussite la Transition (neutralité, inclusivité et consensus) ; déconnecter le chronogramme de la Transition de tous les débats de liés aux ANR (Assises nationales dites de la refondation).

Autres propositions faites par l’ARP, c’est de maintenir et renforcer la position du Mali dans le concert des nations à commencer par la Cédéao et même en renforçant notre collaboration avec les pays membres de la Cédéao et au-delà avec tous les partenaires internationaux ; mettre en place un accord politique de réconciliation et un chronogramme raisonnable de retour à l’ordre constitutionnel. Et proposer un chronogramme réaliste à la Cédéao pour faire lever sanctions qui frappent notre pays et mettre fin à l’isolement diplomatique de notre pays.

Sur le plan international, l’ARP propose de réviser le mandat de la Minusma pour lui donner un mandat plus robuste (plus offensif dans la lutte contre le terrorisme) ; de convenir d’un nouveau pacte avec la communauté internationale pour restaurer une guerre totale à l’insécurité en Afrique de l’Ouest.

Confier la transition à une autorité civile

Une autre proposition de taille faite au cours de cette rencontre, c’est de confier la conduite de la Transition à une autorité civile après le 27 février prochain car les membres de “l’ARP déplorent que le gouvernement actuel n’ait nullement l’ambition d’organiser les consultations électorales pour le retour à l’ordre constitutionnel. Le bras de fer engagé avec la Cédéao et les lourdes sanctions, qui frappent le pays sont regrettables. Mais il convient d’ajouter que les autorités actuelles sont entièrement responsables de la situation actuelle”, a déclaré le conférencier au nom de leur regroupement avant de poursuivre qu’au-delà “du 27 février 2022, l’ARP propose que la conduite des affaires de la Transition soit confiée à nouvelles autorités civiles et consensuelles. Les autorités actuelles ont joué à nous mettre devant le fait accompli d’une prolongation. Depuis que le président et le Premier ministre actuels sont aux commandes, aucune action concrète n’a été entreprise dans le sens de la tenue des élections et du respect des délais. Ce qui prouve à suffisance que le retour à l’ordre constitutionnel n’est nullement inscrit aux priorités de leur agenda”.

Le conférencier s’est également félicité du fait que leur regroupement, dirigé par l’ancien ministre Tiéman Hubert Coulibaly, soit sorti troisième au terme des dernières élections législatives.

  Kassoum Théra

Source: Aujourd’hui-Mali

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct