Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Cheiknè Demba à propos du match Mali /Congo Brazzaville : « Je me réjouis de la baisse des prix des billets par les autorités… »

Les Aigles du Mali affrontent ce samedi 4 juin 2022 au Stade du 26 Mars de Yirimadio, le Congo Brazzaville, dans le cadre des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2023 qui se déroulera en Côte d’Ivoire. Pour ce match capital, les supporters des Aigles du Mali sont plus que jamais déterminés à donner le meilleur d’eux-mêmes pour aider les Aigles dans leur conquête. C’est la confession faite par le vice-président de l’UNASAM, Ckeiknè Demba, interrogé à propos de ce que réserve l’UNASAM en termes de mobilisation lors de ce match. Le vice-président a évoqué la question de la baisse des prix des billets, le soutien des entreprises, des sociétés minières, des industrielles et des autorités pour pousser les aigles à la victoire.

Avant  de donner son point de vue, Cheknè Demba a  tenu, en bon sportif, à remercier  les uns et les autres pour  leur  soutien à Yoro N’Diaye  jusqu’à son  décès, un  des grands  supporters  de  l’équipe nationale du Mali. Il a ensuite remercié le président de la transition, le colonel Assimi Goïta ; le  Ministre  de  la Jeunesse  et des  sports, chargé de l’instruction  civique et  de  la construction  citoyenne, Mossa Ag Attaher ; le président de la Fédération Malienne  de  Football, Mamoutou Touré dit «Bavieux», d’avoir  entendu  le cri de cœur  des supporters  en diminuant  le prix  des billets  au Stade, de 2000francs à 1000 francs (tribune  soleil). «Quand ils ont annoncé le prix des billets, je vous  avoue que c’était trop élevé. Quand  on dit le  football, ce  n’est pas  les gens qui portent  les cravates ou des basins, ou bien ceux qui sont  dans  les véhicules  climatisés. C’est  des gens qui ont peu des moyens, qui sont diminués financièrement. Il s’agit des cireurs de chaussures, des  conducteurs de taxi-motos, des pousses  pousseurs, etc. C’est eux qui vont au Stade, malgré qu’ils n’aient  pas les  gros moyens. Quand  on met  le billet à 2000 Fcfa, tu  ajoutes 1000  Fcfa  d’essence ; 300 Fcfa pour  le parking  motos; 1000 Fcfa pour manger. Ça  te fait banalement 4500 Fcfa ou plus. Ce  n’est pas  tous les Maliens qui peuvent  avoir ça. Quand  j’ai appris  ça, je me suis  impliqué  pour  que le  prix  soit  diminué. Et  ils  nous  ont  fait savoir qu’ils ont  baissé.  La tribune  non couverte revient donc à 1000 Fcfa. Je  dis  aux  supporters  que notre  cri de cœur a été  attendu. Je suis ému, content  de ce  geste  de  compréhension  de la part  des dirigeants du sport et de l’Etat aussi», a fait savoir  la deuxième  personnalité de l’UNASAM.

L’appel  de Cheiknè Demba à l’endroit des supporters, des sociétés…

Je  dirai  aux  supporters, poursuit  le vice président de l’UNASAM, d’économiser le maximum  des  moyens  pour sortir  massivement pour  remplir le Stade du 26 mars comme lors du match de barrage aller des éliminatoires de la coupe du monde 2022 au  Qatar  contre le Tunisie.  « Pour réussir la mobilisation, remplir le stade à  hauteur de souhait,  je lance un cri de cœur aux grosses entreprises comme Orange Mali, Malitel, Telecel, les banques, les sociétés minières les usines, les  structures privées, d’acheter  les billets à leurs employés  pour qu’ils se rendent au  terrain pour  pousser les Aigles à la victoire. Cela nous encourage beaucoup. Toutes  les personnes  de bonne volonté peuvent le faire aussi pour nous aider à réussir la mobilisation», a imploré Cheiknè Demaba, auprès des grandes entreprises, sociétés, etc.

Toujours  à l’endroit  de  mes camarades  supporters, poursuit Demba Cheiknè,  je  leur demande  de  sortir  massivement  pour  jouer  leur rôle. «La fois dernière, je suis désolé, j’ai  lancé  appel, le stade à été plein comme un œuf. Certains supporters n’ont pas pu accéder  au terrain  malgré qu’ils aient leurs  billets en main. Mais qu’ils comprennent  que c’est la cause  du Mali ; qu’ils  comprennent  que c’est le Mali qui gagne, qu’on ne doit pas se  décourager. Qu’on sorte  encore  comme  des fourmis  pour aller supporter, pousser les Aigles à la victoire dans le fair-play. Quand on gagne le match, il ne s’agit pas de casser les véhicules, faire  de barricades, bruler par-ci et par-là. Même  en cas de défaite, ça ne doit pas se faire. Nous  devons rester des gentlemans. Il ne faut pas casser. En cassant, qui va payer? C’est nous qui allons payer encore. Notre pays, le Mali, est en train de sortir d’une crise politico militaireIl faut qu’on soit prudent. Casser, insulter, faire des problèmes, ne donne pas une image positive au Mali», supplie  Demba.

Cheiknè Demba exige la présence au Stade,  des ministres qui ne sont pas mission de l’Etat

Cheikné  Demba n’a pas manqué de faire une requête auprès du président  Assimi Goïta pour  ce match. Il  lui a demandé  d’exiger  la présence sur le terrain, de tous les ministres  qui ne  sont pas  en mission de l’Etat. «Une fois, lors  d’un match Mali/ Guinée, ici au Stade  du 26 mars 2022, sous  IBK, il n’y avait que deux ministres  à  l’époque  au terrain : Boubou  Cissé et Harouna Modibo. Par contre,  ce jour  là, il y avait sept ministres  guinéens  au Stade. Cela  nous a dérangés,  nous  supporters  des Aigles. Nous pensons  que nos ministres  doivent être aux côtés des Aigles, pour  les accompagner à la victoire», a indiqué Cheiknè Demba.

Soutien des supporters  à Eric Sékou Schelle et à son staff

Si  j’ai déclenché la grève de la faim à un moment donné, dit Demba,  ce n’était pas contre  quelqu’un, c’était  pour qu’on  puisse changer  le système. Je remercie, dit-il, les autorités  d’avoir  maintenu  à la tête  de la sélection nationale  un joueur  malien et non  un  sélectionneur  étranger. «Quand  on  regarde  beaucoup de pays, c’est les enfants du pays qui sont les entraineurs. Amener  un entraineur local aujourd’hui, est  un plus pour  nous, car  notre  pays est en train de tout faire pour avoir son  indépendance  à tous les niveaux, y compris le football», a souligné Cheiknè Demba. Avant de réaffirmer le soutien des supporters  au nouvel  entraineur, Eric Sékou Chelle, accompagné de son adjoint Alou Badra dit « Konti» ; de Frédéric Oumar Kanouté, de Cédric Kanté.  «Nous on  ne veut pas un joueur qui se dit  « je suis au FC  Barcelone, au Real, à City, à Liverpool, Chelsea ». Ça  ne nous intéresse pas. On veut un joueur qui  vienne pour  mouiller  les maillots pour la sélection nationale, pour le pays. Je pense qu’Amary  et ses camarades sont conscients de ce que le Mali traverse aujourd’hui. J’espère qu’ils vont mouiller les maillots pour le bonheur du peuple malien», a conclu Cheiknè Demba.

Je  dirai,  pour finir, au  président  de la République, le colonel Assimi Goïta,  dit Cheiknè Demba, que les supporters  sont  conscients  que l’argent qu’il est en train d’injecter dans le football peut servir à autre chose dans l’armée. Mais penser au football aussi en cette période difficile pour le pays, reconnaît Cheiknè Demba, est un acte de patriotisme.

Hadama B. FOFANA

Source: Le Républicain

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct