Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Césarienne: incompréhension et faible recours au Mali

La césarienne est une intervention chirurgicale qui a lieu durant un accouchement à risque pour l’enfant ou pour la mère. Malgré la gratuité, la pratique peine encore à accroitre au Mali. Même si on assiste à une légère hausse dans les centres urbains ces dernières années. La pratique continue de susciter de nombreuses incompréhensions.

La césarienne est peu pratiquée au Mali. Selon les estimations de 2017 la pratique représente 8 %  de cas d’accouchement contrairement aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé  qui table sur 15 %. Certains patients jugent la pratique inopportune dans certains cas.

« Avant, il n’y avait pas de césarienne et les femmes accouchaient normalement sans problème. Mais depuis l’arrivée de cette pratique, les femmes refusent de souffrir et les médecins veulent gagner en temps et en argent », dénonce Ténin Mariko.

De nombreuses personnes n’ont toujours pas compris pourquoi la césarienne est pratiquée sur une femme et n’hésitent pas à blâmer ces dernières. C’est le cas de Mme Sanogo, une mère au foyer.

« J’ai subi deux césariennes. Ça fait vraiment mal et met du temps à se cicatriser, mais avec tout ça ma belle-sœur ne manque pas d’occasion pour me traiter de femme incapable, car selon elle, une femme qui ne peut donner naissance par voie basse n’est pas une femme », confie-t-elle.

Pratique justifiée

Selon les spécialistes, la pratique de la césarienne est due à de nombreuses raisons et est précédée d’un diagnostic. Pour Mme Diarra, une sage-femme exerçant  au CSREF de Lafiabougou,
« la pratique d’une césarienne est toujours justifiée. À la fin de la grossesse, entre 35-36 semaines le pronostic d’accouchement de chaque femme est évalué », explique cette professionnelle qui ajoute que les sages-femmes  ne font recours à la césarienne que lorsque cela est nécessaire et dans plusieurs cas le diagnostic est fait avant.

Les agents sanitaires pratiquent la césarienne dans des cas où, le bassin est trop étroit ou la maman est hypertendue. Souvent l’intervention chirurgicale vise à sauver le bébé quand la vie de celui-ci est en jeu, affirme Mme Diarra et d’expliciter que la césarienne n’est pas pratiquée par négligence ou abus de pouvoir de la part du médecin.

 

Adam DIALLO

Source: Bamakonews

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct